All Joer stierwe weltwäit 8 Millioune Mënsche wéinst dem Tubak, schreift de Gesondheetsministère, iwwer 1,2 Milliounen dovunner selwer Net-Fëmmerten.

Domat wier den Tubak déi éischt Ursaach vu verfréiten an evitabelen Doudesfäll op der Welt. Zu Lëtzebuerg géifen all Joer ronn 1.000 Persounen un de Suitte vu Krankheete stierwen, déi mam Tubak ze dinn hätten. 80 dovunner hätte just passiv consomméiert.

Am Kader vum Weltdag ouni Tubak relancéiert de Gesondheetsministère seng deementspriechend Campagne an deelt eng Rei Donnéeën, wéi een Impakt d'Fëmmen op d'Longen huet.

90% vun de Fäll vu Longekriibs wieren op den Tubakskonsum zréckzeféieren, sou wéi och 80% vun de chroneschen obstruktive Longenerkrankungen (BPCO). Asthma géif vum Fëmme verschlëmmert ginn. Donieft mécht den Tubakskonsum och ufälleg fir aner Otemwee-Kriibsen, zum Beispill vun der Zong, der Strass, dem Kehlkopf oder de Stëmmbänner.

Kanner, déi dem Zigarettendamp ausgesat sinn, kréiche méi dacks Otemweeinfektioune wéi Bronchitten, Longenentzündungen oder Asthma. Iwwerdeems kéint d'Fëmmen eng latent Tuberkulos aktivéieren an d'Otemnout bei Leit, déi schonn eng Tuberkulos hunn, verschlëmmeren.

D'Weltgesondheetsorganisatioun warnt och am Zesummenhang mat der Corona-Pandemie - de Virus géif fir d'éischt d'Longe befalen, Persounen, deenen hir Otemweeër duerch d'Fëmme fragiliséiert wieren oder déi schonn eng vun de virdru genannte Krankheeten hätten, géifen deemno riskéieren, e méi schwéiere Krankheetsverlaf ze hunn. Der WHO no géifen et och keng Beweiser dofir ginn, datt Nicotine géif hëllefe beim Covid-19.

Dem Gesondheetsministère géifen déi éischt gesondheetlech Verbesserunge schonn 48 Stonnen nodeems een ophält mat fëmmen ufänken - de Kierper wier besser mat Sauerstoff versuergt an d'Ootmung géif sech verbesseren. No engem Joer wier d'Ootmung nees normal an den Häerzinfarkt-Risiko wier ëm d'Hallschent zréckgaangen. 10 Joer nodeems een opgehalen hätt mat fëmmen, hätt een nëmmen nach hallef sou en héije Risiko, u Longekriibs ze stierwen, wéi e Fëmmert, an 20 Joer nom Ophalen, wier een nees um nämmlechten Niveau wéi en Net-Fëmmert.

De Gesondheetsministère invitéiert, sech op tabac-stop.lu e Rendez-vous fir eng Consultatioun ze huelen, wann ee wéilt ophale mat fëmmen.

Temoignagë vun Ex-Fëmmerten

Am Kader vum Weltdag ouni Tubak deelt d'Fondation Cancer iwwerdeems Temoignagë vu Leit, déi opgehalen hu mat fëmmen.

D'Associatioun wéilt domat weisen, datt et net deen ee richtege Wee gëtt, fir opzehale mat fëmmen, ma datt dat fir jiddereen anescht ka sinn.

De Philippe zum Beispill, en Enseignant vun 30 Joer, huet virun 2 Joer opgehalen. Hien hätt wëllen e bessert Virbild fir seng Schüler sinn an hätt méi oder wéineger vun engem Dag op deen aneren opgehalen.

D'Léa, 21 Joer, huet virun engem hallwe Joer opgehalen. Si hätt probéiert, sech d'Fëmme mat enger elektronescher Zigarett ofzegewinnen, dat hätt hir awer net vill bruecht.

Dem Alex, 34 Joer, op där anerer Säit huet d'elektronesch Zigarett gehollef, fir vum Fëmme fortzekommen. Hie fëmmt zanter 2,5 Joer net méi.

Ma och Nikotinplooschteren hëllefe verschiddene Leit, zum Beispill dem Dejan. Hien huet 52 Joer an huet virun 3 Méint opgehale mat fëmmen.

Déi 4 fréier Fëmmerte soen, datt si sech besser fillen, besser Loft kréien, méi Ausdauer hu beim Sport an och méi schmaachen, zanterdeem si opgehalen hu mat fëmmen. Iwwerdeems géif een et och am Portmonni spieren, seet den Dejan.

Fir Leit, déi Wëlles hunn, mam Fëmmen opzehalen, offréiert d'Fondation Cancer gratis Consultatiounen an hire Gebailechkeeten, iwwer Video-Konferenz an iwwer Telefon. E Rendez-vous kritt een ënner maviesanstabac.lu oder um 45 30 33 1.

Offiziellt Schreiwes

Journée mondiale sans tabac: «Ne laissez pas le tabac vous couper le souffle!» (31.05.2020)

Communiqué par: Ministère de la Santé

La Journée mondiale sans tabac est l’occasion pour le ministère de la Santé, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’informer et de sensibiliser la population aux effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.

Le tabac est la première cause de mortalité prématurée et évitable dans le monde. L’épidémie du tabac tue environ 8 millions de personnes chaque année dans le monde [1]. Plus de 1,2 million d’entre elles sont des non-fumeurs, involontairement exposés à la fumée du tabac. Au Luxembourg, nous comptons environ 1000 morts par an des suites des maladies liées au tabac, dont 80 personnes suite au tabagisme passif.

Le tabac et la santé pulmonaire
À cette occasion le ministère de la Santé relance sa campagne de sensibilisation sur le tabac et la santé pulmonaire et réitère son appel aux fumeurs et fumeuses désirant réduire ou arrêter leur tabagisme, pour participer au programme d’aide au sevrage tabagique.

Nos poumons sont notre capital «oxygène» et jouent un rôle clef pour notre santé et notre bien-être. C’est grâce à l’apport en oxygène par les poumons que notre corps peut fournir les efforts que la vie lui demande au quotidien: marcher, courir, faire du sport, travailler, bouger tout simplement.

Ce sont également nos poumons qui sont exposés en première ligne à la pollution par le tabac. Les conséquences en sont dramatiques:

  • cancer du poumon: 90% des cancers du poumon sont imputables au tabac;
  • maladies respiratoires chroniques: Plus de 80% des bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) sont dues au tabac; l’asthme est aggravé par le tabac;
  • autres cancers des voies respiratoires: cancers de la langue, du pharynx, du larynx, des cordes vocales, etc.;
  • infections des voies respiratoires: les enfants exposés à la fumée du tabac ont plus de risques d’attraper des bronchites, des pneumonies, des otites, de l’asthme;
  • tuberculose: le tabac peut activer une tuberculose latente et aggrave l’insuffisance respiratoire des personnes atteintes.

Dans la situation actuelle de pandémie du COVID-19, l’OMS rappelle que le tabagisme fragilise et provoque des maladies respiratoires. Le virus du COVID-19 s’attaquant en premier lieu au système respiratoire, les fumeurs sont plus enclins à développer une forme plus grave de la maladie du COVID-19 si comparés aux non-fumeurs. De même, les maladies provoquées par le tabac, citées plus haut, augmentent les risques de complications graves pour les patients contaminés par le COVID-19.

Concernant un lien éventuel entre la prise de nicotine et le COVID-19 [2], laissant entendre que la nicotine réduirait le risque d’infection par le COVID-19, il n’existe à l’heure actuelle pas de preuves scientifiques pour confirmer cette hypothèse selon l’OMS. Il serait au contraire dangereux de créer une dépendance à la nicotine ou de la renforcer.

L’arrêt du tabac est bénéfique à tout âge 
Le ministère de la Santé tient aussi à rappeler que l’arrêt du tabac est bénéfique à tout âge:

  • dès 48 heures d’arrêt, le corps est mieux oxygéné et la fonction respiratoire s’améliore;
  • après 1 an d’arrêt, la respiration est redevenue normale et le risque d’infarctus du myocarde est réduit de moitié;
  • après 10 ans d’arrêt, le risque de mourir d’un cancer du poumon est réduit de moitié par rapport à celui d’un fumeur;
  • après 20 ans, le risque est redevenu celui d’un non-fumeur.

Le Programme de sevrage tabagique mis en place en 2008 en collaboration avec la CNS pour aider et encourager les personnes qui souhaitent arrêter de fumer, offre un accompagnement du fumeur lors de son sevrage par un professionnel de la santé et rembourse partiellement les traitements médicamenteux et les produits de substitution éventuellement nécessaires. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.tabac-stop.lu.

La campagne d’information et de sensibilisation «Ne laissez pas le tabac vous couper le souffle!» vise à rappeler que l’arrêt tabagique est essentiel pour sauvegarder sa santé, son bien-être et sa qualité de vie.

[1] https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/tobacco

[2] https://www.who.int/news-room/detail/11-05-2020-who-statement-tobacco-use-and-covid-19