Wéinst senge Liaisounen zu Spuenien hunn déi spuenesch Justizautoritéiten decidéiert, de Jean-Marc Sirichai Kiesch net u Lëtzebuerg auszeliwweren.

An deem Kontext huet de Lëtzebuerger Parquet général e Bréif op Madrid geschéckt. An deem Bréif gëtt d'Demande gestallt, datt de Rescht vum Lëtzebuerger senger Prisongsstrof a Spuenien soll exekutéiert ginn.

Baséiert gëtt sech op eng europäesch Kaderdecisioun an op déi géigesäiteg Unerkennung vu Jugementer am penale Beräich. 3.725 Deeg hätt de verurteelte Jean-Marc Kiesch nach missten am Prisong zu Schraasseg sëtzen, also eppes méi wéi 10 Joer.

Den haut 39 Joer ale Jean-Marc Sirichai Kiesch war am Joer 2000 wéinst Doudschlag verurteelt ginn. Zënter 2004 war hien op der Flucht.

De Communiqué:

Communiqué du Parquet général – Service de l’exécution des peines - dans le cadre du dossier Jean-Marc Sirichai KIESCH

(24.09.2020)

Suite à l’arrestation de Jean-Marc Sirichai KIESCH en date du 10 août 2020 en Espagne sur base d’un mandat d’arrêt européen émis par le Service de l’exécution des peines du Parquet général, ce dernier a demandé la remise de M.KIESCH aux autorités judiciaires luxembourgeoises en vue de l’exécution de sa peine et de son incarcération au Centre pénitentiaire de Luxembourg à Schrassig.

Par décision du 21 août 2020, le Tribunal Central d’Instruction de Madrid a décidé de faire bénéficier Monsieur Kiesch d’une liberté provisoire liée à certaines conditions. Ce même jugement s’est opposé à l’exécution du mandat d’arrêt européen et à la remise de Jean-Marc Sirichai KIESCH aux autorités judiciaires luxembourgeoises estimant que les attaches de M.KIESCH avec l’Espagne justifieraient sa non-remise à la justice luxembourgeoise.

Suite au refus des autorités judiciaires espagnoles de remettre Monsieur KIESCH au Luxembourg pour y purger le restant de sa peine, la Déléguée du Procureur général d’Etat pour l’exécution des peines a demandé, sur base de la décision-cadre 2008/909/JAI sur le principe de la reconnaissance mutuelle aux jugements en matière pénale dans l’Union Européenne, que sa peine résiduelle, à savoir 3.275 jours, soit exécutée en Espagne.

Cette demande vient d’être envoyée au ministère de la Justice espagnol.