D'Asätz vun der Police wéinst Gewalt am Stot sinn zu Lëtzebuerg zejoert net signifikant an d'Luucht gaangen.

Anescht wéi an eisen Nopeschlänner, wou et zum Beispill a Frankräich eng Hausse vun 30 Prozent gouf. Dës wier doduerch ze erklären, dat d'Zerwisser hei am Land op kuerze Weeër esou gutt zesummeschaffen an d'Leeschtungen zu kengem Moment ausgesat goufen, sot d'Gläichstellungsministesch Taina Bofferding en Donneschdeg de Moien op enger Pressekonferenz.

Gewalt am Stot / Reportage Diana Hoffmann

Gewalt am Stot wier net als Fatalitéit hinzehuelen an och net ze verharmlosen, seet d'Ministesch direkt am Ufank. De Constat wier, datt fir vill Leit hiert Doheem eng onsécher Plaz wier. Majoritär sinn an zwee Drëttel Fraen heibäi betraff. 50 Prozent vum Budget vum Egalitéitsministère, also 11 Milliounen, ginn dann dofir dëst Joer an d'Präventioun, souwéi d'Begleedung vu Victimmen oder Täter vun der Gewalt am Stot.

Zejoert hat d'Police eng 950 Interventioune wéinst Gewalt am Stot. Dat sinn 11 Prozent méi wéi 2019. Zanter 2011 pendelt sech dëse Chiffer tëscht 675 a mat dësem Joer de maximum u Fäll an. Am Schnëtt hunn d'Beamten zejoert 78 Mol pro Mount aus dësem Grond mussen ausrécken. Eng 280 Wegweisunge goufen ausgeschwat. Dëst bedeit, datt den Täter op d'mannst 2 Wochen net däerf an d'Géigend vun der Victime kommen. Dat entsprécht 23 Wegweisuge pro Mount, woubäi dëst 5 Prozent méi wéi 2019 sinn. Bei 90 Prozent huet et sech beim Täter ëm e Mann gehandelt. An am dackste kënnt et bei Leit, déi zesumme wunnen zu engem Konflikt. Am heefegsten Aarte Konflikter op engem Weekend aus.
Grad well et am dackste um Weekend zu Gewalt am Stot kënnt, wa Leit doheem sinn, war gefaart ginn, datt wärend dem Lockdown de Chiffer vu Fäll vu Gewalt am Stot géing explodéieren. Dat war awer net de Fall, wéi Kristin Schmit vun der Police ënnersträicht. Datt d'Zuel vun de Fäll, déi der Police gemellt goufen, an d'Luucht gaangen ass, géing ee sech bei der Police esou erklären, datt d'Leit, wéi eben och weekends, méi Doheem waren. Ma net nëmmen d'Leit selwer, mee éischter och d'Noperen, déi heefeg d'Fäll vun haislecher Gewalt mëllen. Well d'Zuel vun den Expulsioune vun den Täter net an d'Luucht gaangen ass, zitt d'Police d'Konklusioun, datt et keng Hausse an der Gravitéit vun de Fäll gouf.

D'Ministesch erkläert sech dës Entwécklung duerch déi gutt Zesummenaarbecht vun den Zerwisser. Ee vun dësen, ass de Service d'Assistance aux victimes de violence domestique. Dësen hëlt a manner wéi 24 Stonnen no der Dot Kontakt zu der Victime op. No de ronn 280 Expulsiounen, déi zejoert waren, haten d'Mataarbechter Kontakt zu 370 Persounen opgeholl.

De Service, deen Täter oder potentiell Täter vu Gewalt am Stot begleet, ass de "Riicht eraus". D'Laurence Bouquet ënnersträicht, datt e groussen Erfolleg an hirer Aarbecht war, datt si zënter August 2019 decidéiert hunn, den Täter esou fréi wéi méiglech ze kontaktéieren. Dëst geléngt am Schnëtt no 1,9 Deeg. An 76,6 Prozent vun de Fäll erreeche si d'Persoun, déi vu hirem Doheem expulséiert gouf. 40 Prozent vun de Leit, déi an den Zerwiss kommen, komme fräiwëlleg, well se wëssen, datt se zur Gewalt tendéieren. Duerch d'Aarbecht mam Täter oder ebe potentiellen Täter, hofft een de Chiffer vu Gewalt am Stot weider drécken ze kënnen. Ëmmerhi waren 18,3 Prozent vun den Täter tëscht 2013 an 2020 net fir d'éischt do.

D'Hotline vum Ministère, bei deem ee bei Gewalt am Stot Hëllef oder och Informatioune kritt, ass den 20601060. D'Telefonsnummere vun deenen eenzelen Zerwisser sinn op www.violence.lu ze fannen.

Schreiwes

Rapport sur la lutte contre la violence domestique: Taina Bofferding met en avant le dispositif de gestion de crise qui a permis d’éviter une flambée de la violence (10.06.2021)

Communiqué par: ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes

Dans son récent rapport annuel au gouvernement, le Comité de coopération entre les professionnels dans le domaine de la lutte contre la violence constate que la violence domestique reste une réalité quotidienne au Luxembourg et qu’elle touche tous les milieux sociaux et toutes les communautés.

En 2020, il y a eu une hausse des interventions des forces de police et une légère hausse de décisions d’expulsions du parquet. Toutefois la flambée des cas de violence domestiqueredoutée dans le cadre de la crise sanitaire a pu être évitée.

La ministre Taina Bofferding a souligné que c’est notamment grâce au dispositif de gestion de crise mis en place en mars 2020, à un cadre institutionnel, légal et procédural performant et au réseau de partenaires engagés qu’une augmentation substantielle de la violence domestique a pu être évitée.

«Personne ne devrait souffrir de violences domestiques, d’attaques verbales, sexuelles et physiques. Nous devons toutes et tous poursuivre et davantage cibler nos efforts dans la lutte contre la violence domestique. Il s’agit d’une part d’aider les victimes à s’extraire des processus répétitifs et toxiques, et de l’autre d’accompagner ainsi que de responsabiliser les auteur-e-s pour rompre les cycles de violence.»

Lors de la conférence de presse, en date du 10 juin 2021, Taina Bofferding a détaillé les différents dispositifs du ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes (MEGA) et des organismes partenaires pour endiguer la violence domestique.

Rapport annuel: interventions policières et expulsions[1]

Année

Interventions policières

Expulsions

2011

675

331

2012

801

375

2013

844

357

2014

876

327

2015

802

242

2016

798

256

2017

715

217

2018

739

231

2019

849

265

2020

943

278

Concernant les chiffres répertoriés en 2020, il s’avère que:

  • La police grand-ducale a procédé à 943 interventions (avec et sans expulsion), ce qui représente une augmentation de 11,07% par rapport à 2019 (849).
  • Le nombre des expulsions autorisées par le parquet a été de 278 (265 en 2019). En moyenne, la police est intervenue 78 (71 en 2019) fois et a procédé à 23 (22 en 2019) expulsions par mois.
  • Lors des interventions de police les victimes féminines et masculines se chiffrent à 1.697 personnes (1.337 en 2019). 60,28% des victimes sont de sexe féminin (63,58% en 2019) et 39,72% de sexe masculin (36,42% en 2019). 356 victimes sont mineures.

«Le rapport pour l’année 2020 nous montre que les personnes victimes de violences domestiques osent davantage chercher de l’aide. Ceci montre que nos activités de prévention et la médiatisation portent leurs fruits, et ont notamment permis de démystifier et de détabouiser le sujet. Nous devons tout de même poursuivre nos efforts et rappeler qu’il y a de l’aide pour toutes et tous», a souligné Taina Bofferding.

Violence domestique et COVID-19

Afin d’éviter une augmentation et une aggravation substantielle des cas de violence domestique, un dispositif de gestion de crise a été mis en place dès mars 2020. Il prévoit notamment:

  • un monitoring hebdomadaire sur l'évolution de la violence domestique,
  • la continuité des procédures légales et règlementaires en place,
  • des alternatives de logement en cas de surpopulation des structures d’accueil d’urgence,
  • le développement du site d'information violence.lu,
  • la mise en place d'une helpline s’adressant aux victimes de violence domestique: 2060 1060,
  • la pérennité du soutien financier par l’État,
  • la mise en œuvre de campagnes de prévention et d’information sur les réseaux sociaux et dans les médias nationaux.

Les mesures précitées ont assuré le fonctionnement continu de l’aide et ont permis aux associations conventionnées avec le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes de maintenir une prise en charge effective et efficace des victimes et auteur-e-s de violence et de violence domestique ainsi que de toutes les personnes prises dans le cycle de la violence.

En vue de poursuivre les efforts d’information et de prévention de la violence, le MEGA lancera et présentera de nouveaux projets dans les semaines à venir.


[1] Graphique: ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes