D’spuenescht Geriicht huet de Kiesch net fräigesprach, mee refuséiert, dat Lëtzebuerger Urteel ze exekutéieren an huet dofir de Kiesch fräigelooss.

E Mann, deen ënnert anerem wéinst Doudschlag hei am Land ugeklot war. No him war wärend 16 Joer weltwäit gesicht ginn - d'Arrestatioun war zejoert a Spuenien zu Punta Umbria, wou de Mann ënnergetaucht a sech en neit Liewen opgebaut hat.

D'spuenescht Zentral-Geriicht huet nämlech de leschte Freideg decidéiert, datt dëse presuméierte Verbriecher direkt nees sollt fräigelooss ginn, well hien zum Ament vun de Faiten, déi him reprochéiert ginn, mannerjäreg war.

Dës Faite ginn op Januar 1999 zeréck, wéi de Jean-Marc Sirichai Kiesch du 17 Joer hat, een Dag viru sengem 18. Gebuertsdag. Géint d'Decisioun vum Geriicht vu Madrid ass keen Appell méiglech.

De Lëtzebuerger Parquet aktéiert dës Decisioun, mee preziséiert, datt se der Lëtzebuerger penaler Prozedur net Rechnung dréint. Méi Wierder ginn net verluer, mee et spiert een eng gewësse Frustratioun hannert den offiziellen Zeilen eraus.

De Jean-Marc Sirichai Kiesch war ewell zejoert wéinst senge Lienen zu Spuenien duerch eng Decisioun vun de spuenesche Justizautoritéiten net u Lëtzebuerg ausgeliwwert ginn. U sech sollt hie seng Prisongsstrof vun nach méi wéi 10 Joer a Spuenien ofsëtzen - dat ass also net de Fall - de Mann ass lo nees op fräiem Fouss.

Den haut 40 Joer ale Jean-Marc Sirichai Kiesch, deen thailännesch Originnen huet, war am Joer 2000 vum Dikrecher Geriicht wéinst Doudschlag zu 20 Joer Prisong verurteelt ginn. Dës Dot geet op d'Joer 1999 zu Eppelduerf zeréck, wéi eng Fra bei engem Abroch brutal ëmbruecht gi war.

Zënter 2004 war de Mann, no engem Congé Pénal, op der Flucht an och op der Lëscht vun de meeschtgesichte Verbriecher weltwäit.

*Nott vun der Redaktioun: Ufanks hate mir geschriwwen, e wier fräigesprach ginn, ma d’spuenescht Geriicht huet de Kiesch net fräigesprach, mee refuséiert, dat Lëtzebuerger Urteel ze exekutéieren an huet dofir de Kiesch fräigelooss.

De Communiqué:

Communiqué du Parquet général concernant la décision des autorités judiciaires espagnoles de libérer immédiatement Jean-Marc Sirichai Kiesch

(13.09.2021) Le Parquet général a été informé vendredi, 10 septembre 2021, par les autorités judiciaires espagnoles de leur décision de libérer immédiatement Jean-Marc Sirichai Kiesch, qui avait été appréhendé le 10 août 2020 en Espagne, à Punta Umbria (Huelva).

Jean-Marc Sirichai Kiesch avait été condamné par jugement rendu le 26 octobre 2000 par la chambre criminelle du tribunal d’arrondissement de Diekirch à une peine de réclusion de 20 ans, dont 5 ans étaient assortis d’un sursis probatoire, en tant qu’auteur d’un meurtre et d’une tentative d’incendie remontant à janvier 1999 à Eppeldorf.

Il était en fuite depuis fin octobre 2004 n’ayant plus réintégré le centre pénitentiaire de Luxembourg (CPL) après un congé pénal.

Par décision du 21 août 2020, le Tribunal central d’instruction de Madrid avait refusé sa remise aux autorités judiciaires luxembourgeoises. Par la suite le Service de l’exécution des peines du Parquet général avait demandé aux autorités judiciaires espagnoles que la peine résiduelle de 3.275 jours soit exécutée en Espagne, pays de son domicile actuel.

Le Tribunal pénal central de Madrid a toutefois retenu en date du 10 septembre 2021 que Jean-Marc Sirichai Kiesch, né le 6 janvier 1981, était mineur au moment des faits commis en date du 5 janvier 1999, de telle sorte que les autorités judiciaires espagnoles ne sont pas en mesure de reconnaître et de mettre en exécution la décision luxembourgeoise. Aucun recours contre cette décision n’est possible.

Le Parquet général ne peut que prendre acte de ladite décision qui ne tient pas compte de la procédure pénale luxembourgeoise qui a en l’espèce permis les poursuites et la mise en jugement d’un mineur âgé de plus de 16 ans selon les formes et compétences ordinaires applicables aux majeurs devant les tribunaux répressifs. Le Tribunal de Madrid ne s’est pas non plus référé explicitement à l’article 9 paragraphe 1 point g) de la Décision-cadre 2008/909/JAI concernant l’application du principe de reconnaissance mutuelle aux jugements en matière pénale prononçant des peines ou des mesures privatives de liberté aux fins de leur exécution dans l’Union européenne.