Fir d'Schouljoer 2022/2023 gëtt ee groussen Deel vum Museks-, Sproochkonscht- an Danzunterrecht an de Museksschoule vun de Gemenge gratis.

Et gouf en Dënschdeg vill Zoustëmmung fir de gratis Museksunterrecht an der Chamber. Dat néidegt Gesetz ass en Dënschdeg de Mëtteg an der Chamber mat 56 Stëmmen ugeholl ginn. Just d’ADR huet sech enthalen.

Gratis Museksunterrecht / Reportage Carine Lemmer

Et wier e wichtege Schrëtt an der Educatiounspolitik a fir Kanner a Jugendlecher déi bescht Zukunftschancen z'erméiglechen. Fir den Educatiounsminister dréit en héichwäertege Museksunterrecht, dee fir all Kanner accessibel a gratis ass, zum Entfale vun der Perséinlechkeet an der Entwécklung vun de Kompetenze bäi.

An d’Museksschoul goe soll sou normal gi wéi an d’Schoul goen. Fir déi, déi wëllen, ginn déi éischt 7 Museksjoren iwwerholl, fir Jonker bis 18 Joer. Och Theater an Danz.

E groussen Deel vum Unterrecht wäert also gratis sinn. Fir Schüler ënner 18 Joer wäert déi dräi Joer Cours d'éveil bis den Ofschloss vum éischte Cycle (op d'mannst véier Joer) gratis sinn. Och Zweedrëttel vun den aktuelle Coursen an de Fächer wäerte gratis sinn. Esou kënne méi wéi zwee Drëttel vun de Schüler erreecht ginn. Zweedrëttel vun den 18.000 Schüler sollen dervu profitéieren.

An och tëscht de Gemenge sollen et keng Differenze méi bei den Tariffer ginn, fir déi Coursen, déi een nach bezuele muss. D'Präisser ginn also gedeckelt, fir alle Schüler déi selwecht Méiglechkeeten ze bidden, onofhängeg a wéi enger Gemeng ee wunnt. Deemno gëtt och e Plaffong vun 100 Euro pro Fach a Schouljoer festgeluecht, och fir Erwuessener.
Et wär e Paradigmewiessel, e ganz grousse Schratt, sot den zoustännege Minister Claude Meisch. Lëtzebuerg hätt eng Virreiderroll a wär dat 1. Land*, dat e gratis Museksunterrecht aféiert. Et géif de Stellewäert vun der Musek hei am Land ënnersträichen.

"Ech kann Iech soen, datt ech an deene fräie Momenter, déi ech déi lescht Wochen hat, vill gegoogled hu fir en anert Land ze fannen. Et gëtt keent. Et ass mer op jiddefalls keent esou opgefall. Ech mengen, dofir kann een zu Recht soen: Mir maachen hei e ganz grousse Schratt, wat net nëmmen e symbolesche Schratt ass. Och dowéinst wëlle mer nach emol de Stellewäert vun der Musek ënnersträichen."

Musek verbënnt a soll e grousse Stellewäert hunn, sot fir d’CSV déi fréier Kulturministesch an aktuell Deputéiert Octavie Modert: "Fir d’CSV ass de Museksunterrecht ganz wichteg. Et ass wichteg fir e Kand, fir e jonke Mënsch, fir Kontakt mat der Musek ze kréien. Et hëlleft him a senger Entwécklung, fir sech auszedrécken. Et ass wichteg fir säin emotionaalt Wuelbefannen, fir seng perséinlech Entfalung."
Wéi gesot gëtt et eng breet politesch Zoustëmmung fir de gratis Museksunterrecht. Kritiséiert goufen Detailer, zum Beispill vum Pirat Sven Clement, datt Unterrecht a sech aschreiwen eleng net géifen duergoen: "...well just duerch d’Aschreiwung léiert een nach keen Instrument. Et muss een och dat Instrument hunn, fir ze léieren, drop ze spillen. Verschidde Museksschoulen an och Veräiner, an déi soll een och luewenswäert ernimmen, verlounen Instrumenter u Familljen."

Vum nächste September u gëllt de gratis Museksunterrecht.

Déi net-gratis Coursë ginn och finanziell plafonéiert op 100 Euro pro Cours a Joer, och fir déi erwuesse Schüler. An och e Subside ass méiglech.

*Och a Schottland ass de Musekunterrecht gratis.

Schreiwes

Le Luxembourg, premier pays à introduire un enseignement musical public et gratuit pour tous les jeunes (26.04.2022)
Communiqué par : ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse Le 26 avril 2022, le projet de loi sur l'enseignement musical dans le secteur communal est soumis au vote à la Chambre des députés.

À partir de la rentrée 2022/2023, une très grande partie des cours de musique, des arts de la parole et de danse seront gratuits dans les établissements d'enseignement musical du secteur communal. Cette loi constitue une autre étape importante dans la politique éducative visant à offrir à tous les enfants et à tous les jeunes les meilleures chances d'avenir.

Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, considère que les enfants doivent tous pouvoir profiter des nombreux bienfaits de l'apprentissage de la musique: «Un enseignement musical de qualité, gratuit et accessible pour tous les enfants et tous les jeunes, contribue à leur épanouissement individuel et soutient le développement de leurs compétences. Cet investissement dans l'enseignement musical renforce non seulement nos traditions et la cohésion sociale, mais transmet également d'importantes compétences d'avenir aux futures générations.»

L'enseignement musical, un pilier du système éducatif

Investir dans l'enseignement musical est certes important pour la vie culturelle de notre société et les traditions de notre pays.

Les bienfaits de la musique vont cependant bien plus loin, comme le souligne Philippe Dalarun, président de l'European Music School Union (EMU): «Dans un ciel européen qui s'assombrit, il est plus que jamais nécessaire de faire briller le phare de l'humanisme et d'une culture accessible à tous. La nouvelle loi sur la gratuité de l'enseignement musical au Luxembourg constitue à cet égard une avancée remarquable et un exemple à suivre. Je félicite le gouvernement luxembourgeois pour cette initiative qui fera date.»

L'enseignement musical contribue à l'épanouissement et au développement personnel. Au fil de son apprentissage, l'élève développe sa concentration, sa créativité, sa curiosité, l'estime de soi. Les atouts de la pratique musicale, de la danse et des arts de la parole pour le développement général de l'enfant sont tels qu'ils justifient amplement de considérer l'enseignement musical communal comme un droit pour tous les enfants et donc d'en garantir un accès égalitaire.

L'enseignement musical est, selon le Prof. Dr. Michael Dartsch, Professor für Musikpädagogik an der Hochschule für Musik Saar, un pilier non négligeable du système éducatif: «L'introduction de la gratuité de l'enseignement musical, de l'éveil à l'instrument, est une initiative unique visant à promouvoir la participation culturelle. L'enseignement de la musique peut être une expérience marquante dont les enfants profiteront toute leur vie. Ils accèdent ainsi à une nouvelle forme d'expression et d'expérience qui, sinon, leur resterait peut-être à jamais inaccessible! Enfin, le renforcement de la pratique musicale enrichit également la société! C'est une initiative fantastique! Elle fait honneur au pays, comme l'avait déjà fait l'introduction de la gratuité des transports en commun!»

La gratuité des cours de musique, d'arts de la parole et de danse pour tous les enfants et les jeunes: de l'éveil au diplôme du premier cycle

La gratuité touchera la plus grande partie des cours de musique, des arts de la parole et de la danse. La fréquentation des cours d'éveil (3 années) jusqu'au diplôme du premier cycle (4 années minimum) deviendra donc gratuite pour les élèves de moins de 18 ans. La gratuité portera sur près de deux tiers des cours actuellement enseignés et englobera une très grande partie des branches en place. Elle touchera ainsi plus de deux tiers des élèves.

Des tarifs plafonnés pour les cours non gratuits

Les frais d'inscription aux cours (minerval) varient actuellement fortement d'une commune à l'autre, jusqu'à plusieurs centaines d'euros par branche et par année scolaire. Ils seront plafonnés, afin de réduire ce déséquilibre régional et garantir l'égalité des élèves, quel que soit leur lieu de résidence.

Le plafond du minerval est fixé à 100 euros par branche et par année scolaire, également pour les apprenants adultes.

Élargissement des critères de subside au minerval

Quand la gratuité ne s'applique pas, les familles aux revenus modestes seront remboursées de la totalité du minerval.
Jusqu'à présent, la prise en charge n'était que partielle.

Pour les familles dont le revenu dépasse le seuil fixé, une graduation sera mise en place afin qu'elles puissent bénéficier d'un remboursement partiel. La limite d'âge pour le remboursement sera quant à elle étendue de 14 à 18 ans.

Un financement plus transparent pour les communes

Les communes sont les chevilles ouvrières de l'offre et de l'organisation de l'enseignement musical. Les frais de fonctionnement seront à leur charge comme dans le passé, mais elles seront davantage soutenues dans leurs tâches par une réforme en profondeur du mode de cofinancement et la mise à disposition d'un outil de gestion informatique performant. La dotation financière annuelle de l'État aux communes sera ainsi substantiellement augmentée de plus de 50%. Celle-ci ne sera plus plafonnée comme dans le passé, mais adaptée chaque année en fonction du nombre d'élèves et du temps d'enseignement dans les établissements d'enseignement musical.