Et gouf vun 2020 op 2021 eng Hausse a allen Alterskategorien. De Chiffer war 2021 esou héich, wéi zanter 2004 net méi.

Pénktlech fir de Weltdag géint den Tubak huet d'Fondation Cancer d'Resultater aus hirer Etüd "Le tabagisme au Luxembourg" presentéiert. Zejoert hu ganzer 147.500 Leit, déi zu Lëtzebuerg wunnen, uginn ze fëmmen. Sou een héije Chiffer hätt ee fir d'lescht 2004 gesinn. Et ass eng Entwécklung, déi der Fondatioun Suerge mécht. Dowéinst fuerdert se méi streng Mesuren, fir d’Fëmmen z'ënnerbannen.

Weltdag géint Tubak / Reportage Sabrina Backes

Ronn en Drëttel vun de Leit, déi am Land liewen, an iwwer 16 Joer al sinn, hunn uginn ze fëmmen. Nodeems de Chiffer iwwer e puer Joer stabel war, ass e vun 2020 op zejoert geklommen, dëst an allen Altersgruppen. Ee Faktor huet do besonnesch matgespillt, seet d’Direktesch vun der Fondation Cancer Lucienne Thommes.

"Déi lescht zwee Joer huet d'Pandemie eng Roll gespillt. Dat mierkt een och an deenen anere Länner, och do ass d'Consommatioun an d'Luucht gaangen. Dëst net nëmme vum Tubak, mä och vum Alkohol."

Bei de jonke Leit tëscht 18 a 34 Joer hu 37 Prozent uginn, ze fëmmen. Et ass déi Altersgrupp, déi am heefegsten op d'Zigarett zréckgräift. Besonnesch beléift ass awer och d'Shisha. E Problem wier, datt Jonker mengen, dass d'Waasserpäif net esou schlëmm wier wéi Zigaretten.

"D’Shisha gëtt allgemeng ugesinn, wéi wa se manner schiedlech ass, wat awer definitiv net de Fall ass. Ech mengen, och wann den Tubak manner erhëtzt gëtt, sinn awer ganz vill kriibserreegend Stoffer dran. An et dierf een net vergiessen, sou eng Seance vun enger Shisha, dat ass, wéi wann der den Damp vun 125 Zigarette géift anootmen."

An der Etüd koum och eraus, datt 56 Prozent vun de Fëmmerte wéilten ophalen. Hei géingen et vill verschidde Methode ginn, fir opzehalen, esou d'Lucienne Thommes:

"Ech mengen, all Fëmmert ass anescht, déi eng si méi ofhängeg vum Nikotin a bei deenen aneren ass de psychologesche Volet méi wichteg. Am beschten ass, et wennt ee sech u Professioneller, sief dat bei eis an der Formatioun, wou mer gratis Consultatiounen ubidden, oder bei Generalisten oder och an de Spideeler, wéi gesot d'Méiglechkeete sinn do. Et muss ee mol den éischte Schratt maachen a motivéiert sinn."

Fir d’Fondation Cancer wier et dramatesch, dass grad jonk Leit ufänke mat fëmmen. Si hätten am längste mat de Suitte vum Konsum ze kämpfen. A genee bei deene Jonke misst een usetzen. Nieft Präishaussë vum Tubak huet d'Organisatioun nach aner Fuerderungen.

"Et ginn natierlech och e ganze Koup aner Mesuren, wéi Campagnen ze maachen, déi dann och wierklech op de Netzwierker, wou déi Jonk z'erreeche sinn. Oder och de paquet neutre. Wat och net muss sinn, ass dass een Zigarette 24 Stonnen a 7 Deeg ëmmer ka kafen. Dass een, wann een an de Supermarché geet, dat Éischt, wat ee gesäit, eng Wand voller Zigaretten an Tubaks-Eemere ass."

Wann et der Fondatioun no geet, wier eng Kombinatioun aus verschiddene Mesuren néideg, fir kënnen déi ganz Populatioun, an domat och passiv Fëmmerten, ze protegéieren.

Schreiwes

Journée mondiale sans tabac (31.05): « LE TABAC, le plus dangereux des réseaux sociaux ! »

Communiqué par : ministère de la Santé

La Journée mondiale sans tabac est l'occasion pour le ministère de la Santé, en partenariat avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), d'informer et de sensibiliser la population aux effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.

Le tabac est la première cause de mortalité prématurée et évitable dans le monde. Selon l’OMS, le tabac fait plus de 8 millions de morts chaque année. Plus de 7 millions d'entre eux sont des consommateurs ou d'anciens consommateurs, et environ 1,2 million des non-fumeurs involontairement exposés à la fumée. Au Luxembourg, environ 1.000 morts par an sont recensés suites à des maladies liées au tabac, dont 80 décès sont liés directement au tabagisme passif.

Des chiffres qui n’ont cessé de croître depuis 2 ans, comme l’atteste l’étude annuelle de la prévalence tabagique au Luxembourg de TNS/ILRES commandée par la Fondation Cancer (1). En effet, les résultats pour l’année 2021 révèlent que le nombre de fumeurs au Luxembourg a considérablement augmenté ces trois dernières années, et ce principalement auprès de la population des jeunes entre 17 et 25 ans.

Une campagne de communication ciblée sur les jeunes 

LE TABAC, le plus dangereux des réseaux sociaux !

Au vu de ce constat, le ministère de la Santé, dans la poursuite des travaux du Plan national de lutte contre le tabac (PNLT), lance sa nouvelle campagne de communication afin de sensibiliser et protéger les jeunes générations face aux dangers du tabac. L’axe de communication choisi a pour ambition de résonner auprès des jeunes afin de préserver leur santé et éviter l’addiction à l’aide de messages qui utilisent les codes des réseaux sociaux.

« Avec cette campagne, nous voulons réaffirmer notre volonté d'inscrire la lutte contre le tabagisme comme une priorité. En ciblant nos jeunes, nous voulons les protéger et les aider à grandir vers une génération d’adultes sans tabac., » explique Paulette Lenert, ministre de la Santé.

Les conséquences du tabagisme sont dramatiques sur la santé et provoque des maladies telles que la survenue de certains cancers (cancer du poumon, des voies aérodigestives supérieures, de la vessie...) mais favorise aussi certaines maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il a également des impacts non négligeables sur la grossesse et la qualité de vie.

L'arrêt du tabagisme, une décision positive associée à de nombreux bénéfices presque immédiat et à tout âge :

  • Dès 48 heures d’arrêt, le corps est mieux oxygéné et la fonction respiratoire s’améliore ;
  • Après 1 an d’arrêt, la respiration est redevenue normale et le risque d’infarctus du myocarde est réduit de 50% ;
  • Après 10 ans d’arrêt, le risque de mourir d’un cancer du poumon est réduit de moitié par rapport à celui d’un fumeur ;  
  • Après 20 ans, le risque est redevenu celui d’un non-fumeur.

En collaboration avec la Caisse nationale de santé (CNS), le ministère de la Santé encourage les fumeurs à arrêter grâce au Programme d'aide au sevrage tabagique. Ce programme mis en place en 2008 offre un accompagnement du fumeur lors de son sevrage par un professionnel de la santé ainsi que le remboursement partiel de traitements médicamenteux et de produits de substitution éventuellement nécessaires.

Une ligne téléphonique gratuite 6002 6767, mise en place par la Direction de la santé figure sur tous les produits du tabac et offre à tout fumeur désirant arrêter de fumer, la possibilité d’obtenir toutes les informations nécessaires pour se sevrer définitivement du tabac.