Mir sollen all zesumme géint de Klimawandel schaffen. Deen Appell mécht de Grand-Duc Henri a senger Usprooch fir Chrëschtdag.

Ee Souvenir vun dësem Joer wär him besonnesch wichteg. Am November war hien zu Bonn op der COP 23 iwwer de Klimawandel. Do hätt hien en Austausch mat de Staatscheffe vun deene Länner gehat, déi am meeschte vun de Konsequenze vun der Klimaerwiermung concernéiert sinn. Dat sinn d'Entwécklungslänner an d'Inselstaaten, esou de Grand-Duc. Déi hätten nämlech elo schonn ze leiden a vill Insele géife riskéieren, einfach iwwerschwemmt ze ginn. "Esou vill Nout brécht engem d'Häerz", esou de Grand-Duc.

AUDIO: De Grand-Duc Henri (1)

Dës Nout géif awer och de Wonsch stäerken, eppes dogéint ze ënnerhuelen. Jidderee kéint säin Deel dozou bäidroen. Et bräicht ee just e puer vu senge Gewunnechten ze änneren, esou de Message. Ganz wichteg wär awer och d'Solidaritéit, déi sech fir d'éischt an der Famill géif ofspillen. Duerno am nationale Kader, ma eng europäesch Solidaritéit wier am Gaangen, sech ze entwéckelen. An da géif et eng Solidaritéit tëscht alle Mënschen op der Äerd ginn. Déi Verbonnenheet wier néideg, fir esou global Problematike wéi de Klimawandel ze léisen.

AUDIO: De Grand-Duc Henri (2)

Déi nei Mobilitéit mat zwou neie Garen, dem Funiculaire an dem Tram wär eng bedeitend Etapp an der Geschicht vun den Lëtzebuerger Infrastrukturen. Déi rasant Entwécklung vun eiser Wirtschaft hätt d'Stroossennetz un de Bord vum Kollaps bruecht. Dofir wënscht sech de Staatschef, datt déi nei Offer am ëffentlechen Transport de verdéngte Succès kritt an datt jidder Eenzelnen e Maximum dovu profitéiere kann.

AUDIO: De Grand-Duc Henri (3)

Dem Gros vun de Leit zu Lëtzebuerg géif et gutt goen. Nawell dierft een déi Leit net vergiessen, déi Mount fir Mount Schwieregkeeten hunn, iwwer d'Ronnen ze kommen, esou de Grand-Duc Henri.

De Staatschef begréisst, dass déi europäescher Iddi nees neie Wand an de Seegelen hätt. Virun allem an eisen Nopeschlänner hätte vill Leit gefaart, de Populismus géif Iwwerhand huelen. Déi Tendenz wär awer op d'mannst den Ament gestoppt, esou de Grand-Duc nach.

AUDIO: D'Chrëschtusprooch 2017 vum Grand-Duc Henri
VIDEO: Klimawandel, Solidaritéit a Mobilitéit - mat Gebäerdesprooch
D'Chrëschtusprooch 2017 vum Grand-Duc Henri

Discours de Noël de Son Altesse Royale le Grand-Duc
(Version originale en luxembourgeois)
Léif Matbierger,

wa mir zeréckkucken, erënnere mir eis un d'Stëmmung, déi et um Enn vum leschte Joer gouf.

Et war eng Ambiance vu latenten Ängschten a Spannungen an de westleche Gesellschaften, déi de politeschen Debat staark gepräägt huet.

Dofir hunn och vill Mënsche gefaart, de Populismus géif Iwwerhand huelen, zemol an eisen Nopeschlänner.

D'Entwécklunge vun de leschte Méint hunn dës Tendenz awer deelweis widderluecht, op d'mannst fir de Moment emol.

Den europäesche Projet ass nei legitiméiert ginn, och wann d'Interpretatiounen deelweis auserneeginn.

Dobäi kënnt, datt de wirtschaftlechen Opschwong och säin Deel dozou bäigedroen huet, datt d'Leit d'Iddi vun Europa nees méi positiv gesinn.

Déi allgemeng besser Stëmmung schaaft Vertrauen, an dat Vertrauen ass och néideg fir d'Zukunft.

De Wëllen ass grouss, d'Problemer vun eiser Zäit méi offensiv a mat neiem Elan unzegoen.

Léif Leit,

wann ech ee Souvenir vum ëffentleche Liewen vum Joer 2017 misst erauspicken, dann wär et dee spezielle Moment, deen ech erlieft hunn, wéi ech am November zu Bonn un der COP 23 iwwer de Klimawandel deelgeholl hunn.

Et war an engem anonyme Sall, just kuerz virun der Plenarsitzung, wou d'Staatscheffe vun de Länner, déi representéiert waren, sech informell versammelt haten.

Ech wor ee vun de wéinege Vertrieder vu westleche Länner, a wor vun de Leader vun elauter Länner ëmginn, déi am meeschte vun de Konsequenzen vun der Klimaerwärmung betraff sinn: Entwécklungslänner an Inselstaaten.

Et sinn nämlech déi Länner, déi elo schonn ënner meteorologesche Katastrophen leiden, wéi déi erschreckend Biller eis dëst Joer gewisen hunn.

Et sinn och Deeler vun deene Länner, déi iergendwann verschwanne wäerten, well se vun den Ozeanen iwwerschwemmt ginn.

D'Populatioune vu villen Insel-Staaten sinn haut schonn an dëser desolater Situatioun.

Si hu ganz einfach keng Zukunft oder kaum d'Chance eng ze hunn.

Esouvill Nout brécht engem d'Häerz.

Si stäerkt awer och de Wonsch ze agéieren, eppes ze beweegen.

D'Mecanissem géint de Klimawandel richteg anzesetzen, ass vun enormer Wichtegkeet, fir déi betraffe Länner, mee och fir eis.

Dat muss awer séier geschéien, a kann nëmme geléngen, wa mir all an déi selwecht Richtung schaffen.

Mir mussen iwwer déi annoncéiert Mesuren erausgoen a méi ambitiéis ginn, nei Partner an nei Finanzementer fir Projete fannen – en Domaine iwwregens, wou Lëtzebuerg sech besonnesch ervirdeet.

Jiddwer Eenzelne vun eis ka säin Deel bäidroen, a wann et nëmmen ass, andeems mir verschidde vun eise Gewunnechten änneren.

Elo ëm d'Feierdeeg, wou d'Iddi vun der Solidaritéit eng besonnesch Bedeitung huet, sollte mir eis eiser Responsabilitéit nei bewosst ginn.

D'Gesellschaft ass déi Plaz, wou mir iwwer eis perséinlech Interesse kënnen erauswuessen.

D'Solidaritéit spillt sech fir d'éischt am Kader vun der Famill of.

Doriwwer eraus dréckt sech eisen "Vivre-ensemble" momentan nach haaptsächlech am nationale Kader aus.

Mir gesinn awer och eng europäesch Solidaritéit, déi sech lues a lues entwéckelt.

An da gëtt et awer och d'Verbonnenheet tëscht alle Mënschen op eiser Äerd.

Et ass dës Solidaritéit, déi spille muss, fir esou global Problematike wéi de Klimawandel ze léisen.

Léif Matbierger,

virun e puer Deeg haten d'Grande-Duchesse an ech de Pleséier, en Deel vum neie Mobilitéitsreseau mat der neier Gare, dem Funiculaire an dem Tram anzeweien.

Dëse groussen Dag fir d'Mobilitéit ass eng bedeitend Etapp an der Geschicht vun den Infrastrukture vun eisem Land.

Déi rasant Entwécklung vun eiser Wirtschaft an de leschte Joren huet eist Stroossennetz un de Rand vum Kollaps bruecht.

D'Ustrengungen, fir eisen ëffentlechen Transport ze verbesseren, ginn elo konkret.

Nei Projete sinn ugekënnegt, fir d'Offer nach méi attraktiv ze maachen.

Ech géif mir wënschen, datt dës nei Offer de verdéngte Succès kritt, an datt jiddwer Eenzelnen e Maximum dovunner profitéieren kann.

Esou komme mir enger méi nohalteger a méi harmonescher Weiderentwécklung vun eisem Land méi no.

Léif Leit alleguer,

loosst eis op dësem Virowend vu Chrëschtdag un all déi gutt Grënn denken, déi mir hunn fir dankbar ze sinn.

Mir liewen an engem Land vu Wuelstand, woubäi mir awer net däerfe vergiessen, datt et nach ëmmer ze vill Leit heiheem ginn, déi Schwieregkeeten hunn, Mount fir Mount iwwer d'Ronnen ze kommen an déi leider net vum allgemenge Wuelstand profitéiere kënnen. Si verdéngen eis besonnesch Attentioun.

Eis Gemittlechkeet, eisen Ëmgang ee mat deem aneren, sinn en Deel vun eiser DNA.

Mir sollten dës Charakterzich onbedéngt bäibehalen.

D'Grande-Duchesse an ech freeën eis mat all deenen, déi d'Chrëschtzäit mat hirer Famill an hire Frënn zesumme genéisse kënnen.

Mir denken awer och un déi, déi op dëse Feierdeeg eleng oder krank sinn, a mir wënschen hinne Courage an Zouversiicht fir d'Zukunft.

Léif Matbierger,

mat der Grande-Duchesse, dem Grand-Duc Jean, dem Prënz Guillaume, der Prinzessin Stéphanie an all eise Kanner, wënschen ech Iech vu ganzem Häerze schéi Chrëschtdeeg an elo schonn all Guddes fir e glécklecht neit Joer.

© Cour grand-ducale / Claude Piscitelli / tous droits réservés

Discours de Noël de Son Altesse Royale le Grand-Duc
(Version française)

Mes chers compatriotes,

Souvenons-nous de l'ambiance qui régnait en fin d'année dernière, des peurs et des crispations latentes dans les sociétés occidentales qui marquaient le débat politique. Aux yeux d'observateurs avertis, la montée du populisme semblait inexorable chez certains de nos voisins.

Or les événements des derniers mois ne sont pas allés dans ce sens. Le projet de la construction européenne est sorti renforcé des consultations populaires, même si les interprétations qu'on en donne divergent. L'embellie économique qui se confirme est également à l'origine de ce changement de climat que nous observons.

Le changement d'ambiance redonne confiance pour aborder l'avenir : le temps est à nouveau aux débats d'idées et aux projets concrets, notamment pour approfondir l'intégration européenne qui est plus nécessaire que jamais. C'est le signe qu'à la crainte et au repli sur soi s'est substituée une démarche plus volontaire et déterminée pour faire face aux défis de notre époque.

Mes chers compatriotes,

Si je devais retenir un souvenir « politique » au sens large du terme de cette année 2017, je vous parlerais volontiers d'un moment qui m'a beaucoup marqué lors de ma participation à la COP 23 à Bonn en novembre dernier. C'était dans une salle anonyme, juste avant l'audience plénière, où s'étaient retrouvés de façon informelle les chefs d'Etats des pays représentés à la Conférence. L'ambiance était grave, pesante même. Je me suis retrouvé entouré des leaders des pays qui auront le plus à souffrir des conséquences du réchauffement climatique au cours des prochaines décennies : pays en développement ou pays du bout du monde, soit qu'ils subiront les effets de plus en plus dévastateurs des dérèglements météorologiques futurs, dont nous avons déjà eu des exemples effrayants cette année, soit qu'ils sont tout simplement appelés à disparaître du fait de la montée des océans. De nombreux micro-Etats d'Asie-Pacifique avec leur population sont dans cette situation détestable : ils n'ont tout simplement pas de futur ou peu de chances d'en avoir, parce que leurs terres seront submergées, si nous ne faisons pas suffisamment ce qui est en notre pouvoir. Il n'y a pas pire comme destin annoncé.

Assister à une telle détresse vous étreint le coeur. Cette détresse appelle l'action. J'ai pu ressentir combien il était vital, pour eux, comme pour nous, que s'enclenche les mécanismes de lutte contre le réchauffement climatique et que nous passions tous ensemble à la vitesse supérieure, en allant plus loin dans les mesures annoncées, en trouvant de nouveaux partenaires et de nouveaux financements – chose à laquelle le Luxembourg excelle- ou en adoptant tout simplement de nouveaux comportements comme individus. L'heure presse, car les études scientifiques démontrent que nous sommes à la limite de l'irréversibilité des choses.

En cette période de fêtes, où le concept de « solidarité » prend une résonance particulière, soyons pleinement conscients de notre responsabilité envers les autres et envers la planète. Notre société, et c'est très bien ainsi, est le cadre qui permet des dépasser nos intérêts particuliers. C'est d'abord au sein de la famille que s'exerce la solidarité de base. Et si notre « vivre-ensemble » s'exprime encore principalement dans le cadre national, nous voyons en même temps que la construction européenne fait naître progressivement une solidarité entre les Européens que nous n'avons jamais connue auparavant. Et puis, au-delà de cela, il y a la solidarité entre les hommes et les femmes, tous habitants d'une même planète. C'est elle qui doit pleinement jouer pour venir à bout d'un défi comme l'humanité en a rarement connu.

Mes chers compatriotes,

Il y a quelques jours, la Grande-Duchesse et moi avons eu plaisir d'assister à l'inauguration du Tram, relié au réseau ferroviaire par le funiculaire. Ce grand jour pour la mobilité marque une étape importante dans l'histoire des infrastructures de notre pays. Le développement spectaculaire de notre économie au cours des dernières années a engorgé notre infrastructure routière au quotidien. Avec la concrétisation des efforts qui ont été entrepris pour améliorer les transports en commun, notre pays se dote d'un outil qui fait ses preuves ailleurs. D'autres chantiers s'annoncent pour le rendre encore plus attrayant. Je formule le voeu que cette nouvelle offre rencontre le succès qu'elle mérite afin que chacun y trouve son compte, en perdant moins de temps à se rendre au travail. Mais aussi afin que le développement économique de notre pays ne soit pas contrarié et qu'il puisse se poursuivre de façon soutenable et harmonieuse.

En cette veillée de Noël, pensons à toutes ces raisons que nous avons de nous réjouir de vivre dans un pays prospère et solidaire. N'oublions pas cependant que trop de nos concitoyens éprouvent des difficultés à joindre les deux bouts mois par mois et qu'ils ne sont pas en situation de tirer profit du bien-être général. Ils requièrent toute notre attention.

Notre « Gemittlechkeet », cette faculté que nous avons d'aller l'un vers l'autre, font partie de notre ADN, cultivons-les avec beaucoup d'attention.

La Grande-Duchesse et moi se réjouissons avec tous ceux pour qui ces fêtes représentent un moment de joie avec la famille et les proches. Nous pensons très fort à ceux pour qui ces moments de fête sont synonyme de solitude ou de maladie, leur souhaitant de trouver très vite des jours meilleurs.

Mes chers concitoyens,

Avec la Grande-Duchesse, le Grand-Duc Jean, le Prince Guillaume et la Princesse Stéphanie, nous vous souhaitons du fond de coeur de passer de très bonnes fêtes de Noël et une nouvelle année pleine de joie et de succès.