Op engem Pressebriefing hunn de Premier Xavier Bettel an d'Gesondheetsministesch Paulette Lenert iwwert d'Aarbechten aus dem Regierungsrot informéiert.

Vun dësem Freideg u muss jiddereen, dee mam Fliger a Lëtzebuerg areest a méi wéi 72 Stonnen am Ausland war, en negativen Test hunn, ier en an de Fliger klëmmt. Dat huet d’Regierung e Méindeg den Owend annoncéiert.

Resumé Pressebriefing / Reportage Fanny Kinsch

Acceptéiert gëtt e PCR-Test oder e Schnelltest. Leit, déi aus Net-EU-Länner kommen, mussen iwwerdeems een Test um Flughafe bei der Arrivée maachen. Do kéinten och nach Regiounen an der EU dobäikommen, déi vun der EU-Kommissioun als donkelrout ageschat ginn, hei waart een op d‘Decisioun. Dëst gëllt elo emol fir de ganze Februar. Wann een en Test refuséiert, muss een no der Arrivée a Quarantän. De Xavier Bettel huet hei präziséiert, datt an deem Fall kee Krankeschäin ausgestallt gëtt.

Areese mam Zuch oder Auto sinn deemno net concernéiert.

2. Phas vun Impfcampagne gëtt lancéiert

Iwwerdeems huet de Premierminister Xavier Bettel Detailer iwwert déi 2. Phas vun der Impfcampagne ginn.

Extrait Xavier Bettel

"Mir kommen elo sou lues an den nächste Wochen an eng 2. Phas. Déi 2. Phas vun der Strategie soll och gemäß dem Avis vun der Commission nationale d'éthique dem Alter nogoen. Mir géifen dofir déi nächst Kategorie fir déi Leit reservéieren iwwer 75 Joer. Dës Persoune ginn iwwer Postwee och invitéiert an dem Alter no. Dat heescht, mir fänke mat den eelere Leit an där Kategorie un a ginn erof bis 75 Joer. Do donieft, an där Kategorie vun der 2. Phas gehéieren och déi Persounen, déi hautement vulnerabel sinn."

An dat onofhängeg vun hirem Alter. Et géif awer nach eng Woch daueren, bis d'Doktere gebrieft wieren, wien do alles drënner fält, deemno soll een elo nach net direkt bei den Dokter lafen, esou d'Gesondheetsministesch Paulette Lenert. Hei sollen am Laf vun der Woch nach Richtlinnen ausgeschafft ginn an déi ginn dann un d'Dokteren eraus.

Wat d'Antikierper-Medikament ugeet, dat ënnert anerem Däitschland kaaft huet, wär et nach ze fréi, esou ee Medikament ze kafen, et géing een do op d'Zouloossung vun der Ema waarden an net op de Wee vun enger nationaler Autorisatioun goen, sou nach d'Paulette Lenert.

De Replay vun der Pressekonferenz

Schreiwes vun der Regierung (Areese mam Fliger)

Communiqué en relation avec les nouvelles mesures sanitaires pour les déplacements par voie aérienne à destination du Grand-Duché de Luxembourg

Communiqué par: ministère de la Santé / ministère des Affaires étrangères et européennes

Vu l'évolution du coronavirus SARS-CoV-2 au niveau international et la circulation de souches mutées du virus SARS-CoV-2 dont la transmissibilité semble augmentée, et qui expose de ce fait la population à un risque accru d'infection, le ministère des Affaires étrangères et européennes et le ministère de la Santé tiennent à informer quant aux nouvelles mesures sanitaires applicables à partir du 29 janvier 2021 et jusqu'au 28 février 2021 inclus, pour tout déplacement par voie aérienne à destination du Grand-Duché de Luxembourg.

Toute personne, indépendamment de sa nationalité, âgée de 6 ans ou plus, souhaitant se déplacer par transport aérien à destination du Grand-Duché de Luxembourg, doit présenter à l'embarquement le résultat négatif (sur papier ou document électronique) d'un test de détection virale par PCR de l'ARN viral du SARS-CoV-2 ou d'une recherche de l'antigène viral (test rapide) réalisé moins de 72 heures avant le vol. Le résultat de test négatif devra être présenté, le cas échéant accompagné d'une traduction, dans l'une des langues administratives du Luxembourg ou en anglais. Sont donc concernés tous les départs vers le Luxembourg, y inclus ceux depuis les Etats membres de l'Union européenne ou de l'espace Schengen.

De plus, toute personne en déplacement par transport aérien depuis un Etat tiers, à savoir un pays non membre de l'Union européenne ou de l'espace Schengen, devra se soumettra à un test additionnel par recherche de l'antigène viral (test rapide) à son arrivée à l'aéroport de Luxembourg. En cas de refus de se soumettre à un test, la personne restera en quarantaine pour une durée de 14 jours. Cette quarantaine pourra se terminer à tout moment, dès obtention d'un résultat de test négatif.

Soulignons que l'obligation de présenter un test négatif à l'embarquement et de se soumettre à un test additionnel à l'arrivée s'applique dorénavant aussi aux personnes ayant leur résidence dans un des pays se trouvant sur la liste des pays tiers dont les résidents sont actuellement autorisés à entrer, y compris pour des déplacements non essentiels, sur le territoire national, à savoir l'Australie, la Corée du Sud, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, et la Thaïlande.

Sont exemptes de ces obligations :

Les personnes en service occupées dans le secteur des transports et aux passagers en transit de l'aéroport ;
Les personnes qui font un aller-retour par voie aérienne, pour moins de 72 heures, du Grand-Duché à destination d'un pays qui est membre de l'espace Schengen ou de l'Union européenne, et sous réserve de ne pas avoir quitté l'espace Schengen ou le territoire des Etats membres de l'UE pendant cette période ;
Les membres du corps diplomatique, du personnel des organisations internationales et les personnes invitées par ces organisations internationales dont la présence physique est requise pour le bon fonctionnement de ces organisations, du personnel militaire, du personnel du domaine de la coopération au développement et de l'aide humanitaire, et du personnel de protection civile dans l'exercice de leurs fonctions respectives, sous condition que leur séjour au Luxembourg ne dépasse pas 72 heures ;
Les personnes qui ont subi une infection SARS-CoV-2 récente endéans les 3 mois avant leur déplacement et qui ont terminé la période d'isolement applicable dans le pays respectif avec disparition de tout symptôme d'infection. Ces personnes peuvent présenter un certificat médical attestant de ces faits, ce qui leur permet d'embarquer pour le Luxembourg sans se soumettre à un nouveau test PCR ou antigène.
Les obligations de test applicables à toutes les personnes souhaitant entrer au Luxembourg d'un Etat tiers s'ajoutent aux restrictions temporaires déjà en place pour les déplacements non essentiels vers l'UE. Pour rappel, les ressortissants de pays tiers en provenance d'un pays tiers ne peuvent plus entrer sur le territoire du Grand-Duché jusqu'au 31 mars 2021 inclus, sauf certaines catégories de personnes exemptées. Les détails sur ces restrictions sont disponibles sur le site internet suivant :

https://covid19.public.lu/fr/voyageurs/visiter-luxembourg.html

Schreiwes vum Gouvernement (Impfstrategie)

Prochaine phase du déploiement de la campagne vaccinale contre la COVID-19 au Luxembourg (Phase 2) (25.01.2021)

Communiqué par: ministère d'État / ministère de la Santé

Aujourd’hui le Conseil de Gouvernement a arrêté la prochaine phase de la campagne de vaccination sur base de l’avis de la Commission nationale d’éthique (C.N.E.) intervenu en date du 21 janvier. La décision s’inscrit dans la droite ligne du double objectif qui sous-tend la stratégie de vaccination, à savoir la protection des personnes les plus vulnérables en fonction de leur âge ou de leur état de santé et la protection de notre système de santé.

Le Gouvernement a ainsi décidé que, lors de la deuxième phase, seront vaccinées les personnes âgées de 75 ans et plus, bien-portantes et vulnérables confondues, en commençant par les plus âgées. En parallèle, les résidents hautement vulnérables, sans limitation d’âge, seront également éligibles à être vaccinés.

Le Conseil supérieur des maladies infectieuses sera chargé de se prononcer sur les personnes qui tombent sous la définition de « hautement vulnérable ». Une concertation aura lieu cette semaine avec le corps médical, représenté par l’Association des Médecins et Médecins Dentistes (AMMD) et le Cercle des Médecins Généralistes (CMG), afin de se mettre d’accord sur les critères applicables lors de l’émission de certificats médicaux attestant de cet état de vulnérabilité. Ces travaux seront finalisés pour la fin de la semaine.

Le ministère de la Santé demande aux citoyens de ne pas se rendre chez leur médecin pour faire attester leur vulnérabilité aussi longtemps que les travaux du CSMI et du corps médical n’auront pas abouti.

Les autres catégories de personnes à vacciner ultérieurement seront fixées dans une prochaine étape en tenant également compte des doses de vaccins disponibles à ce moment-là.

Rappelons que dans sa séance du 4 décembre 2020, le Conseil de Gouvernement a, sur base de l’avis de la Commission nationale d’éthique du 29 novembre 2020, retenu de répartir les vaccins en fonction des quantités qui seront allouées lors de la 1ère phase du déploiement de la vaccination contre la COVID-19, dans une optique de cordon sanitaire, aux  professionnels de la santé en exercice, i.e. les professions médicales et les professions réglementées, au personnel des établissements de santé (hôpitaux, structures d’hébergement pour personnes âgées, réseaux d’aide et de soins), et aux résidents des structures d’hébergement pour personnes âgées. Les personnes en situation de handicap vivant dans des structures d’hébergement agréées et le personnel de ces structures figurent également dans cette première catégorie.

La 2e phase du déploiement de la campagne de vaccination ne pourra démarrer avant que la 1e phase soit achevée, à savoir en principe vers la fin du mois de mars, sous réserve néanmoins de la livraison et de la disponibilité de doses de vaccins suffisantes.