D’Zuel u rassisteschen Diskriminatiounen ass d’lescht Joer an d’Luucht gaangen, sou den CET, de Centre pour l’égalité de traitement.

Et ass fir d'éischt, datt den CET méi Diskriminatiounsdossiere wéinst Rassismus krut wéi wéinst Handicap. Bedeit awer net onbedéngt, datt et méi Rassismus zu Lëtzebuerg gëtt.

Vun 245 Diskriminéierungsdossieren, déi den CET d'lescht Joer traitéiert huet, waren der 24% opgrond vun der Rass oder der ethnescher Originn, méi wéi jee virdrun. Bedeit awer net automatesch, datt de Rassismus zu Lëtzebuerg zougeholl huet. Villméi hätten divers Konferenzen, Etüden an Debate wéi "being black in Luxembourg", grad ewéi de Fall George Floyd zu méi Sensibiliséierung gefouert, seet d'Direktesch Nathalie Morgenthaler.

Kontext vun den Diskriminatioune war an der Haaptsaach d'Aarbecht, awer och den Zougang zu Logement, Wueren a Servicer. 50% vun den Dossiere konnten zejoert ofgeschloss ginn.

CET net zoustänneg fir Diskriminatioun opgrond vun der Nationalitéit

Mellt e Betraffene sech beim CET, iwwerpréift dësen d'Beweislag a probéiert ze vermëttelen. D'Kompetenze vum Organ si relativ limitéiert. Den CET ass un d'Chamber rattachéiert, fuerdert selwer kënnen ze enquêtéieren a Betraffener geriichtlech ze begleeden, fir senger Missioun besser gerecht ze ginn.

Eng legal Nobesserung ass dringend néideg. Schonn eleng, fir eng absurd Situatioun ze behiewen: dem aktuelle Gesetz no ass den Zentrum fir Gläichbehandlung net zoustänneg fir Leit, déi opgrond vun hirer Nationalitéit diskriminéiert ginn. Warscheinlech en Oubli.

"Effektiv ass dat eng ganz elle Situatioun fir déi Leit. Mir kënnen hinnen dee Moment net hëllefen, well d'Nationalitéit net an eise Kompetenze steet.", esou de Patrick Hurst, de President vum CET.

Den CET hofft, datt d'Gesetz séier nogebessert gëtt. Ëmmerhin ass de Problem zanter 2017 bekannt. Déi gutt Nouvelle: am Juli kritt den Zentrum eng Juristin bäi. Zu 4 gëtt da géint Diskriminatioun zu Lëtzebuerg gekämpft.

Rapport CET/Reportage Jean-Marc Sturm

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Remise du rapport annuel du Centre pour l'égalité de traitement à Corinne Cahen (03.05.2022)
Communiqué par : ministère de la Famille, de l'Intégration et à la Grande RégionEn 2021, parmi les 245 dossiers traités par le Centre pour l'égalité de traitement (CET), 60 cas avaient comme motif de discrimination la race ou l'origine ethnique, 48 le handicap, 43 le sexe, 10 l'âge, 9 l'orientation sexuelle et 9 la religion. En outre, 16 cas appartenaient à la catégorie «discrimination multiple» et 50 à la catégorie «autres».

124 dossiers ont pu être résolus, 19 dossiers sont encore en cours. Dans 55 cas, les requérants se sont désistés, dans 41 cas, il n'y avait pas moyen de prouver une quelconque forme de discrimination et dans 6 cas il n'y avait pas de droit d'intervention.

Le CET a aussi analysé systématiquement les offres d'emploi parues en 2021 et en a recensé 82 qui ne respectaient pas l'égalité de traitement. 78 offres discriminaient par rapport au sexe, 3 par rapport à l'âge et au sexe et une par rapport à l'âge.

Les discriminations raciales en hausse en 2021

Le CET a détaillé et expliqué ces chiffres lors de la remise de son rapport annuel à la ministre de la Famille et de l'Intégration, Corinne Cahen. Ainsi, le président du CET, Patrick Hurst, a expliqué que, en 2021, c'était la première fois que le motif de discrimination le plus récurrent n'était pas le handicap, mais l'origine ethnique et la couleur de peau.
Dans ce contexte, l'étude «Le racisme et les discriminations ethno-raciales au Luxembourg» du Centre d'étude et de formation interculturelles et sociales (CEFIS) et le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER) en étroite collaboration avec le Département de l'intégration du ministère de la Famille, de l'Intégration et à la Grande Région, a aussi souligné l'importance des services, comme le CET, qui figurent comme point de contact pour les personnes victimes de discriminations raciales.

La ministre a remercié le CET, qui est un partenaire important et complémentaire pour lutter contre toutes sortes de discriminations et qui aide à renforcer les droits des personnes discriminées.

À propos du Centre d'égalité de traitement (CET)

Créé par la loi du 28 novembre 2006, le CET s'engage à promouvoir, analyser et surveiller l'égalité de traitement entre toutes les personnes sans discrimination fondée sur la race ou l'origine ethnique, le sexe, l'orientation sexuelle, la religion ou les convictions, le handicap et l'âge.