Bis ewell gouf et am Grand-Duché 55 Infektioune mat den Afepouken, dräi Leit dovunner hu misste fir eng kuerz Zäit hospitaliséiert ginn.

Den Duerchschnëttsalter vun de Leit, bei deenen d'Krankheet festgestallt gouf, läit bei 37 Joer. Bis ewell waren zu Lëtzebuerg just Männer vun den Afepouke betraff. Wéi d'Santé an hirem Wochebilan matdeelt, gläichen d'Fäll zu Lëtzebuerg deenen, déi an aneren europäesche Länner festgestallt gi sinn.

Zënter Mëtt August goufen hei am Land 628 Leit géint d'Afepouke geimpft. 230 Persoune krute schonns hir zweet Dosis. Leit, déi zu de Risikogruppe gehéieren, kënne sech ënnert der Nummer 4411 3129 ee Rendez-vous fir eng Impfung huelen.

Um Europäeschen Niveau sinn d'Afepouke bis en Dënschdeg a 44 Länner opgetrueden. Dem European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) an der Organisation mondiale de la santé (OMS) goufe bis ewell 24.256 Fäll gemellt. Zanter leschter Woch war dat eng Augmentatioun vu 419 Fäll. An Europa si bis elo fënnef Mënschen un den Afepouke gestuerwen.

Schreiwes vun der Santé

Point hebdomadaire sur la variole du singe (23.09.2022)
Communiqué par : ministère de la SantéJusqu'au 20 septembre 2022, dans 44 pays et zones de la région européenne, un total de 24.256 cas de variole du singe a été signalé aux autorités sanitaires European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) et à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui représente une augmentation de 419 cas depuis la semaine dernière[1].

Situation dans la région européenne

Le premier cas connu date du 7 mars 2022 et a été identifié par un test rétrospectif sur un échantillon résiduel. La première date d'apparition des symptômes a été signalée le 1er avril 2022. La majorité des cas avaient entre 31 et 40 ans (9.487/24.065 - 39%) et étaient des hommes (23.684/24.048 - 98,5%). Sur les 10.288 cas masculins dont l'orientation sexuelle était connue, 97% se sont identifiés comme des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Parmi les cas dont le statut VIH était connu, 37% (3.573/9.747) étaient séropositifs. La majorité des cas présentaient une éruption cutanée (11.400/14.932 - 76,3%) et des symptômes systémiques tels que fièvre, fatigue, douleurs musculaires, vomissements, diarrhée, frissons, maux de gorge ou céphalées (10.123/14.932 - 68%). 691 cas ont été hospitalisés (6,1%), dont 230 qui ont nécessité des soins cliniques. Six cas ont été admis en unité de soins intensifs, dont cinq sont décédés de la variole du singe. À ce jour, trois cas sont eu une exposition professionnelle. Dans ces trois cas, les professionnels de santé portaient l'équipement de protection individuelle recommandé, mais ont été exposés à des liquides organiques lors du prélèvement d'échantillons.

Situation épidémiologique au Luxembourg

Jusqu'au 21 septembre 2022 inclus, 55 cas de variole du singe ont été détectés au Luxembourg, aucun nouveau cas a n'a été signalé depuis la semaine dernière. Jusqu'à présent tous les cas détectés sont de sexe masculin dont la moyenne d'âge est de 37 ans. Trois cas ont été hospitalisés pour une courte durée et ont entre-temps quitté l'hôpital. Les autres caractéristiques épidémiologiques et cliniques de cas détectés au Luxembourg sont très similaires aux cas signalés au niveau européen.

La vaccination contre la variole du singe de certaines personnes à risque a commencé au Service national des maladies infectieuses (tél.: 44 11-31 29 pour rendez-vous) en date du 16 août 2022.

Jusqu'au 21 septembre 2022, 628 personnes ont reçu une première dose et 230 personnes une deuxième dose.

Adaptation du schéma de vaccination

La recommandation du Conseil supérieur des maladies infectieuses du 24 août 2022 prévoit l'administration d'une dose unique aux personnes ayant reçu une vaccination antérieure contre la variole par un vaccin vivant de 1re ou 2e génération (personnes nées avant 1977 ou ayant une cicatrice typique de vaccination au niveau du bras)[2].

Recommandations sanitaires de la Direction de la santé

La Direction de la santé rappelle qu'il est important de se protéger contre le virus et d'éviter les situations à risque afin de limiter la propagation du virus. Les personnes infectées doivent être isolées et éviter tout contact avec d'autres personnes, couvrir les lésions et boutons et veiller à leur hygiène des mains. Parmi les mesures de protection, il est conseillé de réduire le nombre de ses partenaires sexuels et de ne pas partager les effets personnels avec des personnes infectées ou qui ont été en contact avec des personnes infectées (linge de lit, serviette, rasoir, etc.).

________________________________________
[1]https://monkeypoxreport.ecdc.europa.eu/
[2]https://sante.public.lu/dam-assets/fr/espace-professionnel/recommandations/conseil-maladies-infectieuses/variole-singe/20220824-csmi-avis-mva-bn-id-nbre-de-doses-vf.pdf