Diabetes betrëfft méi ewéi 30.000 Mënschen zu Lëtzebuerg. Ze héijen Zocker kann op Dauer zu enger Partie gesondheetleche Schied féieren.

90% vun de sougenannten Zockerkranke si vun der Diabetes vum Typ 2 betraff. Hire Kierper produzéiert entweeder net genuch Insulin oder d'Zellen an hirem Kierper si géint den Hormon resistent ginn, huelen dësen also net méi op. Héich Zockerwäerter am Blutt sinn d’Konsequenz. Op Dauer kann dat zu Komplikatioune féieren. D'Oderen, d'Nerven, d'Häerz, d'Nieren, de Kapp oder d'Ae kënne betraff sinn.

Reegelméisseg Sport, iwwer d’Woch verdeelt, erhéicht d’Chance, fir net un Typ-2-Diabetes ze erkranken. Mä och manner intensiv Beweegung, all Dag e gudden Trëppeltour beispillsweis, hëlleft scho bei der Preventioun. Dat gouf een e Méindeg um Sensibiliséierungsdag am Kierchbierger Spidol gewuer. Besonnesch bei Persounen, bei deenen de Risk besteet, zockerkrank ze ginn, kéint Beweegung den Ënnerscheed maachen, esou d’Diabetologin Danièle De La Hamette: "Duerch Beweegung gëtt relativ vill Zocker metaboliséiert. Dat heescht den Zocker, d'Kuelenhydrater, ginn ofgebaut duerch Beweegung. Wann ee sech kaum beweegt, bleift deen Zocker am Blutt an et weess een och, datt eng gewëss Resistenz optrëtt bei Leit, déi sech net vill beweegen. Dat verstäerkt dann d'Problemer."

Och Iwwergewiicht an eng falsch Ernierung si Risikofacteure, fir d'Zockerkrankheet ze entwéckelen. Entgéintsteiere kann ee mat equilibréiertem Iessen, vill Vollkarproduiten a wéineg Séissem. Dat bedeit awer net zwangsleefeg Verzicht. Als Alternativ zum Naschelen am Nomëtteg proposéiert d’Dieteticienne Cynthia Schweich Nëss a Som: "Déi sinn net séiss, hu vill Proteinnen, kënne vill Eisen enthalen a vill Vitaminnen. Dat ka ganz interessant sinn. Oder et kann ee säin Dessert selwer maache mat hallef esou vill Zocker wéi d’Rezept seet oder mat Uebst probéieren ze séissen. Domadder spuert een immens vill Zocker an trotzdeem schmaacht et nach ëmmer gutt.”

Groussen Duuscht - besonnesch op séisst Gedrénks - an dacks op d’Toilette goen, grad ewéi Iwwelzegkeet a Middegkeet sinn éischt Symptomer vun der Zockerkränkt. Fir laangfristeg Schied ze verhënneren, ass et wichteg, datt d'Diabetes mat Zäit erkannt a behandelt gëtt.

D'Schreiwes

Communiqué par : ministère de la Santé

Initiée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Journée mondiale du diabète a lieu chaque année le 14 novembre afin de sensibiliser aux risques de cette maladie chronique et quels sont les moyens possibles de prévention.

L’édition 2022 porte sur la thématique « Eduquer pour protéger l’avenir », à savoir permettre un meilleur accès à une éducation de qualité sur le diabète pour les professionnels de la santé et pour les personnes atteintes de diabète. « Au Luxembourg, plus de 30.000 personnes sont diabétiques, et il est important qu’elles aient accès à des systèmes de soin efficaces, mais aussi qu’elles soient bien informées pour comprendre leur condition et prendre soin d’elles-mêmes au quotidien », prévient la ministre de la Santé Paulette Lenert.

Cette année, à l'occasion de cette Journée mondiale, le ministère de la Santé veut attirer l'attention sur un problème de santé lié au diabète de type 1. L’objectif est de sensibiliser les professionnels de santé, mais aussi les familles et enseignants aux risques d’acidocétose diabétique, une complication sévère du diabète de type 1, qu'on peut rencontrer lorsque les symptômes d'un diabète inaugural ne sont pas reconnus et qui touche à l’heure actuelle 54% des enfants et adolescents diagnostiqués avec un diabète. Le but étant d’éviter tout retard de diagnostic pouvant mettre en danger la vie des enfants.

Les actions de sensibilisation prévues à l’occasion de la Journée mondiale          

A l’occasion de la Journée mondiale du diabète, plusieurs actions sont prévues au Luxembourg pour sensibiliser à ce sujet :

Une marche de solidarité « 10 000 pas contre le diabète » est organisée par l’Association Luxembourgeoise du Diabète (ALD) en collaboration avec la Fédération Luxembourgeoise de Marche Populaire FLMP, et aura lieu le samedi 12 novembre à Hosingen.

La ministre de la Santé participera à une soirée de conférences intitulées « 5 voix pour parler du diabète », le 14 novembre à l'Amphithéâtre de la Coque (2, rue Léon Hengen L-1745 Luxembourg).

Les hôpitaux se mobilisent également.

Le 14 novembre, plusieurs hôpitaux organisent des sessions d’information sur le diabète :

  • L’Hôpital Kirchberg de 11h00 à 14h00
  • Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) à Esch-sur-Alzette de 8h00 à 16h00
  • Le Centre Hospitalier du Nord (CHdN) à Ettelbruck de 10h00 à 16h00

La maison du diabète dans l’aide à l’information et la prévention contre le diabète

Au Luxembourg, la Maison du Diabète de l’ALD est également un acteur important, et a pour mission d’améliorer l'information et l'éducation des personnes diabétiques et de leur entourage. Elle offre une prise en charge individuelle et des conseils personnalisés prodigués par une infirmière ou une diététicienne spécialisées en éducation du patient diabétique, ainsi qu’un large programme de cours et de séances d’information en groupe.

Prévenir pour agir sur les facteurs de risque

Selon la définition donnée par l’OMS, le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline (hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang) ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. Un diabète non soigné ou mal équilibré entrainant fréquemment des hyperglycémies (concentration sanguine élevée de sucre) peut à long terme entrainer des complications irréversibles (vaisseaux, nerfs, yeux, reins…).

S‘il n‘existe pas de moyens de prévenir le diabète de type 1, qui est une maladie auto-immune, il est cependant possible d‘agir préventivement sur le diabète de type 2, qui représente la majorité des diabètes rencontrés dans le monde, et qui est souvent associé à une surcharge pondérale, une mauvaise alimentation et la sédentarité. Il est alors recommandé de :

  • Surveiller son Indice de Masse Corporelle (IMC) qui ne doit pas dépasser 25 chez l’adulte
  • Pratiquer régulièrement une activité physique ou au moins bouger plus quotidiennement
  • Adopter des habitudes alimentaires plus saines et équilibrées, et consommer moins d’aliments riches en graisses et en sucres, surtout les boissons sucrées et les sodas
  • Consulter son médecin et faire surveiller son taux de glycémie en cas de doute

Pour plus d’informations sur le diabète, veuillez consulter www.sante.lu et www.ald.lu.