De Staatschef appelléiert op Hellegowend drun, optimistesch ze bleiwen, a plädéiert fir Toleranz a Respekt, och am politeschen Discours.

AUDIO: D'Chrëschtusprooch 2016 vum Grand-Duc Henri
Chrëschtusprooch vum Grand-Duc (Gebäerdesprooch)
De Staatschef appelléiert op Hellegowend drun, optimistesch ze bleiwen, a plädéiert fir Toleranz a Respekt, och am politeschen Discours.

De Grand-Duc Henri ass a bleift dovunner iwwerzeegt, datt een sech net vun der Angscht dierf leede loossen. Dat ënnersträicht hien a senger Usprooch op Hellegowend. D'Angscht dierft och op kee Fall eng Plaz am politeschen Handelen hunn. Déi politesch Acteuren missten deem Gefill mat Rou an Iwwerleeungen begéinen: "Wann d'Politik ëmmer erëm beweist, datt si pro-aktiv ass a sech net vun den Evenementer iwwerrenne léisst, da schaaft si richtegt Vertrauen."

De Grand Duc Henri erënnert drun, datt déi nächst Wahlen net méi wäit ewech sinn a wënscht sech an deem Kontext eng moderéiert ëffentlech Debatt, sou wier et bis elo nach ëmmer gewiescht: "Perséinlech Ugrëff, iwwerdriwwen Ausdréck, dat alles gehéiert net zu eisen Traditiounen. Ech sinn der Meenung, dass de frëndlechen a respektvollen Ëmgang an eiser Demokratie dee Modell bleift, deen eisen Institutiounen am Beschte steet."

Eis Fäegkeet, d'Zukunft virzebereeden, wier en anere Wee, fir der Angscht entgéintzewierken, esou nach de Staatschef.

Mir sollen och weider un de Fortschrëtt an der Welt gleewen, och wann et dëst Joer vill Turbulenze goufen. Nieft de ville Krisen gëtt et och positiv Evolutiounen, seet de Staatschef an zielt déi och direkt am Ufank vu senger Ried op.

Chrëschtusprooch vum Grand-Duc (Sous-titres en français)
.

Discours de Noël de Son Altesse Royale le Grand-Duc
Le 24 décembre 2016 (version luxembourgeoise)

Chrëschtried 2016

Léif Matbierger,

haut op Hellegowend, hu mir, no dësem beweegte Joer, de Wonsch no e bësse Rou a Besënnlechkeet. Mir hunn awer och de Wonsch, fir mat Zouversiicht no vir kënnen ze kucken.

Bei allen Turbulenzen, déi mir dëst Joer erlieft hunn, sollte mir virun un de Fortschrëtt an der Welt gleewen. Nieft de ville Krisen, ginn et och positiv Evolutiounen.

- D'Liewenserwaardung klëmmt konstant an op eng spektakulär Aart a Weis.
- Global gesinn ass de Räichtum méi grouss ginn, och wann e weiderhin ongerecht verdeelt ass.
- An der drëtter Welt ass déi extrem Aarmut iwwert di lescht Joerzéngten zréckgaang.
- D'Wëssenschaft bréngt all Dag nei Entdeckungen un d'Liicht.
- Déi zentral Bedeitung vum Ëmweltschutz ass iwwerall unerkannt, dat beweisen déi verschidden international Engagementer géint de Klimawandel.

Ech kéint aner positiv Beispiller opzielen, mat der Gefor, als onverbesserlechen Optimist do ze stoen. Ech weess awer, dass eist aktuellt Ëmfeld als eng schwiereg Zäit empfonnt gëtt, wou Villes sech ännert a Villes a Fro gestallt gëtt.

Zanter der Wirtschaftskris vun 2008 hu vill Repèren a fest Iwwerzeegungen der Onsécherheet Plaz gemaach. D'Méiglechkeet, dass e Bankesystem oder souguer e Staat kéinte Faillite maachen, war net méi an eisen Denkschemen. Dofir hunn d'Leit ëm hir Erspuernësser gefaart.

Si sinn nach zousätzlech duerch zolidd Onrouen an Deeler vun der europäescher Ekonomie, d'Eropgoe vum Chômage an d'Angscht virum sozialen Ofstig veronséchert ginn.

Mir sinn an eng nei Phas vun der Mondialisatioun geroden. Mee doriwwer eraus loossen och Krich an Terrorismus, d'Tragedie vun Aleppo, mat hirer Konsequenz, dem Drama vun der Migratioun, den Androck vun engem fundamentalen Zäitwiessel entstoen. Dëst féiert dozou, datt vill Leit sech Froe stellen iwwer d'Erhale vun den Traditiounen an der Identitéit.

Dës Ängscht schloe sech och ëmmer méi am politeschen Denken, an an de Wahlresultater néier. Vill Mënschen wëlle méi Sécherheet an deelweis souguer nees al Grenzen aféieren. Et ginn déi, déi zréck an hir bekannte Welt wëllen. Oder déi, déi einfach Äntwerten op komplizéiert Froe sichen. Sou verständlech dat och ass, dës Entwécklung ass mat Gefore verbonnen, well se eis Gemeinschafte spléckt.

Sécher, dëse verschiddenen Ausdréck vu Malaise an Ierger däerf een net mat Arroganz begéinen. Et muss ee se eescht huelen, op se agoen an no konkrete Léisunge sichen. Aner Meenungen ze ignoréieren, well se net "politesch korrekt" sinn, ass sécher net dee richtege Wee.

Ech sinn a bleiwen awer dovunner iwwerzeegt, datt mir eis net vun der Angscht däerfe leede loossen.

"La peur est mauvaise conseillère."

D'Angscht däerf keng Plaz hunn am politeschen Handelen.

Dofir mussen déi politesch Acteuren dëse Gefiller mat Rou an Iwwerleeung begéinen. Wann d'Politik ëmmer erëm beweist, datt si pro-aktiv ass a sech net vun den Evenementer iwwerrenne léisst, da schaaft si richtegt Vertrauen.

Léif Matbierger,

wéi all Land ass och Lëtzebuerg net verschount vun dëse neien Tendenzen. Mee ech stellen awer mat Zefriddenheet fest, datt mir dës Froen mat méi Serenitéit uginn. Et schéngt wéi wann eist lëtzebuergescht Temperament äis virun exzessiven Haltunge géif schützen.

Kucke mir nëmmen, mat wéi enger Heftegkeet den ëffentlechen Debat am Ausland deelweis gefouert gëtt. Wou fanne mir do nach déi Wäerter, déi äis esou wichteg sinn?: Toleranz a Respekt. Ech nennen haut keng Beispiller, mir kenne se alleguerten nach ze gutt.

Déi nächst Wahle sinn net méi wäit ewech. Ech géif mir wënschen, datt déi ëffentlech Debatt zu Lëtzebuerg mat Moderatioun gefouert gëtt.

Sou war et bis elo nach ëmmer.

Perséinlech Ugrëff, iwwerdriwwen Ausdréck, dat alles gehéiert net zu eisen Traditiounen. Ech sinn der Meenung, dass de frëndlechen a respektvollen Ëmgang an eiser Demokratie dee Modell bleift, deen eisen Institutiounen am beschte steet.

Eis Fäegkeet, harmonesch zesummen ze liewen, ass och fir Lëtzebuerg e groussen Atout an dësem Kontext. Ech si beandrockt a beréiert, wéi eis Gesellschaft et all Joer fäerdegbréngt, nei Mënschen opzehuelen. Si sinn eng grouss Beräicherung op alle Pläng a droe vill bäi zu der Entwécklung vun eisem Wuelstand. Sécher, der Lëtzebuerger Ekonomie geet et gutt. Mee d'Oppenheet vun eiser Populatioun ass och do. Mir hu Flüchtlingen aus de Krichsgebidder am mëttleren Osten opgeholl. Dat alles weist, dass mir di konkret Erausfuerderungen mam richtegen État d'Esprit uginn.

An dann gëtt et een anere Wee fir der Angscht entgéint ze wierken, an zwar eis Fäegkeet, d'Zukunft virzebereeden.

Di lescht Méint waren op eng beandrockend Aart a Weis vun de Reflexiounen iwwert den zukënftege Positionnement vun eisem Land geprägt. Den Ausmooss vun dësem Debat ass scho remarkabel.

D'Regierung ass fir dës Initiativ ze felicitéieren, mee ech well virun allem all deenen verschiddenen Stëmmen déi sech manifestéiert hunn Merci soen. Munch Iddie wäerte konkret ginn, anerer wäerte fale gelooss ginn. Wesentlech ass awer de Fait, datt esou eng Debatt gefouert gëtt an datt mir domat de Beweis untrieden, datt mir selwer d'Jalonen fir d'Lëtzebuerg vu muer setzen.

Vun deem Moment un, wou d'Zukunft net méi als eng Bedroung gesi gëtt, mee als Chance fir nei Méiglechkeeten, léise sech d'Angschtgefiller an eise Käpp an an eisen Häerzer.

Léif Matbierger,

d'Feierdeeg si fir eis alleguer, Lëtzebuerger an Net-Lëtzebuerger, Jonk an Al, Gleeweger an Net-Gleeweger, d'Geleeënheet, fir sech zesummen ze fannen an äis der Bedeitung vun der Famill an der Solidaritéit nees bewosst ze ginn. An eisem Alldag dréine mir vill ze dacks ëm äis selwer a vergiessen dat Wesentlecht. Ech denke mat vill Emotioun un all déi, déi während de Feierdeeg eleng sinn. Ech denken un déi Krank an un déi, déi sech ausgeschloss fillen. Loosst äis vun dësen Deeg profitéieren, hinnen d'Hand ze reechen. Loosse mir hëllefen, wou a souwäit et äis méiglech ass. Dat kennt och eis zegutt. Nëmme mat sozialem Zesummenhalt kënne mir déi heiansdo haart Defien vun eiser Zäit meeschteren.

Et ass an dësem Geescht wou ech, zesummen mat der Grande-Duchesse, dem Grand-Duc Jean, dem Prënz Guillaume an der Prinzessin Stéphanie, Iech all vu ganzem Häerzen schéi Chrëschtdeeg wënschen. Eis Alleguerten e gudde Start mat vill Optimismus a guddem Wëllen an dat neit Joer.

Discours de Noël de Son Altesse Royale le Grand-Duc
Le 24 décembre 2016 (version française)

Mes chers compatriotes,

En cette veillée de Noël, à l'issue d'une année qui à nouveau fut tourmentée, nous aspirons tous au repos, à la sérénité mais aussi à des raisons d'espérer des jours meilleurs.

Les raisons de croire au progrès n'ont pas disparu dans notre monde d'aujourd'hui. Malgré les crises multiples et en tous genres, l'humanité en général connaît certaines évolutions favorables. L'espérance de vie continue de croître de façon spectaculaire, sur les autres continents la pauvreté extrême a reculé au cours des dernières décennies, la science fait des avancées tous les jours, globalement les richesses des ménages augmentent, même si leur répartition reste très inégale. L'« impératif écologique » est dorénavant largement partagé, comme le prouvent notamment les engagements pris lors des sommets contre le réchauffement climatique.

Je pourrais citer d'autres exemples de bonnes nouvelles, au risque de passer pour un optimiste invétéré. Pourtant je ne suis pas sans ignorer que la perception générale de notre environnement actuel n'est pas celui d'un monde heureux, mais bien plutôt celui d'une période de transition profonde et de remises en cause parfois douloureuses.

Depuis l'irruption de la crise économique en 2008, beaucoup de certitudes et de repères ont vacillé pour faire place à des peurs diffuses. La perspective qu'un système bancaire ou même qu'un Etat pouvait faire faillite ne faisait plus partie de nos schémas de pensée. Il en résulte des craintes sur l'épargne que les ménages se sont constituées. Plus encore, la réduction des dépenses publiques et la montée du chômage ont attisé la peur du « déclassement social ». L'accélération de la mondialisation, les guerres, dont la tragédie d'Alep est le dernier exemple, et les attentats terroristes qui sont à l'origine de l'afflux des migrants, ont donné l'impression d'un basculement d'époque et ont mis suscité des questionnements sur l'identité.

Nous voyons depuis quelque temps la traduction politique et électorale de ces peurs et de cette perte de repères dans certains de nos pays voisins et plus lointains. La tendance est à la réaffirmation d'un besoin de protection et de frontières. Elle peut mener aussi au repli sur soi ou aux réponses simples face aux questions compliquées. Toute cette évolution est inquiétante, parce qu'elle est porteuse de divisions dans nos sociétés.

Pourtant rien ne serait plus maladroit de considérer l'expression de ces sentiments de malaise avec mépris et arrogance. A ces réactions ou même à ces colères, il faut trouver des réponses concrètes. Il ne s'agit pas de les ignorer avec l'argument qu'elles ne sont pas « politiquement correctes »!

Dans le même temps, je reste convaincu qu'aujourd'hui comme hier la peur reste mauvaise conseillère. Elle ne peut fonder des politiques durables dans le sens de l'intérêt général. L'action publique ne peut répondre qu'avec la raison aux passions qui peuvent s'exprimer ici ou là. Et elle regagnera ses lettres de noblesse en démontrant qu'elle n'est pas à la traîne des événements, mais qu'elle est capable de les maîtriser.

Mes chers compatriotes,

Si notre pays n'est pas à l'abri des grandes tendances qui affectent le monde, nous constatons avec satisfaction que les vents contraires y soufflent avec moins d'intensité. Comme si notre tempérament national fait de tempérance nous mettait à l'abri de certains excès. Regardons par exemple la tonalité du débat public qui atteint ailleurs des degrés de violence verbale incompatible avec nos valeurs de tolérance et de respect. Je n'ai pas besoin de citer des exemples ; chacun les reconnaîtra. Or la valeur intrinsèque des arguments politiques n'est pas proportionnelle à la force avec laquelle ils sont exprimés. Alors que les prochaines consultations électorales commencent à poindre à l'horizon, je veux simplement émettre le voeu que le débat public à Luxembourg reste fidèle à la modération qui le caractérise depuis toujours. Les attaques personnelles, les coups bas, les excès de langage, tout cela ne fait pas vraiment partie de nos traditions. Je crois bien que la « démocratie apaisée » restera notre modèle, pour le plus grand bien
de nos institutions.

Le calme et la sérénité qui caractérisent notre « vivre-ensemble » sont également pour nous un atout incomparable. Je suis touché par la capacité de notre société à intégrer chaque année de nouveaux arrivants qui contribuent à notre développement économique. La bonne santé de l'économie luxembourgeoise n'est pas étrangère à cette situation. Mais l'esprit d'ouverture de notre population est resté intact, comme le montre l'accueil qui est fait aux migrants provenant des zones de guerre du Moyen-Orient. Tout cela est très réconfortant et permet d'affronter les problèmes concrets avec le bon état d'esprit.

Enfin, je voudrais parler d'un autre antidote à la peur, à savoir notre capacité à préparer l'avenir. Au cours de l'année, j'ai été impressionné par l'importance des réflexions sur le positionnement de notre pays dans les prochaines années. L'initiative en revient au gouvernement, mais je voudrais également féliciter toutes les voix qui se sont manifestées dans ce débat. Certaines idées deviendront concrètes, d'autres seront abandonnées. Mais l'essentiel c'est bien de le mener et de démontrer que nous avons une réelle faculté à décider de quoi le Luxembourg de demain sera fait. C'est à partir du moment où le futur n'apparaît plus comme une menace mais comme une opportunité, que le sentiment de peur se dissout dans les esprits et les coeurs.

Mes chers compatriotes,

Ces fêtes de fin d'année sont pour nous tous qui habitons ce beau pays, Luxembourgeois et non-Luxembourgeois, jeunes et personnes âgées, croyants et non-croyants, l'occasion de nous rassembler en famille et de mettre au premier plan l'importance du lien social et de la solidarité familiale. Le quotidien nous entraîne trop souvent à privilégier notre propre personne et à passer parfois à côté de l'essentiel. J'ai une pensée très émue pour ceux qui ne sont pas entourés lors de ces fêtes ; je songe aux malades, à ceux qui se sentent exclus d'une manière ou d'une autre. Profitons du retour au calme pour faire l'effort d'aller à leur rencontre. Soyons disponibles à aider, là où notre présence peut être la plus utile. Ce faisant, nous nous ferons du bien. Notre cohésion sociale est le meilleur atout pour affronter les défis parfois rudes du monde actuel.

Cet dans cet état d'esprit qu'avec la Grande-Duchesse, le Grand-Duc Jean, le Prince Guillaume et la Princesse Stéphanie, je vous souhaite du fond de coeur de passer de très bonnes fêtes de Noël et d'attaquer la nouvelle année, plein d'optimisme.