Aujourd’hui, je vous emmène au cœur de ma ville natale, la Sicile, pays de bon vin, de bonne humeur, la mer et du soleil.

Cela va de soi vu qu’un de mes buts principaux est d'apprendre la culture de la nourriture sicilienne, cette cuisine complexe, mais facile à la fois, à mes chers compatriotes luxembourgeois.

Ma tradition sicilienne est celle qui principalement m’a fait découvrir le plaisir de l’art culinaire, art qui a des caractéristiques alimentaires en trois, mais unifiées ensemble. La Sicile est divisée comme les trois jambes de la Trinacrie (symbole emblématique de la ville). En d’autres termes, elle se divise d'une partie occidentale, centrale et orientale.

Moi qui depuis tout petit regardait mon grand-père me préparer des plats succulents avec amour et tendresse, c’est bien cela qui a fait que j’ai commencé à me découvrir un talent unique et passionnant en même temps.

Pourtant, très peu savent que notre cuisine provient de la fleur de l’antiquité. Oui, car notre culture et religion sont attachées à l’histoire de Grèce antique. Durant cette époque, la cuisine sicilienne s’est développée avec des saveurs uniques.

Il est vrai que notre cuisine est très régionale (de quartier), mais cela ne veut pas forcément dire qu’elle se prépare de la même façon. Certains plats peuvent certes avoir la même dénomination, mais peuvent se cuisiner de façon diverse avec des temps de cuisson divers. Prenant l’exemple de la parmigiana, elle peut varier d’une région à une autre. Chez moi dans la ville de Catane, on la prépare avec du jambon et du fromage alors qu’à Messine, ils préfèrent l’éviter en se concentrant uniquement sur la recette faite d’aubergines et de sauce tomate.

Par ailleurs, dans le complexe de toutes ses splendides régions, la cuisine sicilienne est de loin la plus appréciée et savourée des touristes. Ce n’est pas un hasard, si la Sicile compte un grand nombre de touristes de partout dans le monde.

Certains ne s’en doutent surement pas, mais la cassatta siciliana, il canollo et l’arrancino ne sont rien comparé aux riches épices et plantes aromatiques comme origan, menthe et romarin qui font partie des plats siciliens. De plus, le terrain fertile des produits de qualité tels que les mandarines, oranges rouges, citrons, amandes sans oublier la pistache de Bronte et les olives de l’Etna.

Parlant de saveurs orientales et exotiques. Peu savent que la glace a des origines traditionnelles datant du temps de la domination arabe, dénommée serbet (sorbet), substance mélangeant de la neige d’Etna, canne de sucre et jus de fruit et voilà le parfait mariage de saveurs. De là peu de temps après, toutes sortes d’épices comme le safran a été importé ; épice extrêmement utilisée par les meilleures grand-mères de Sicile.

Voilà mes amis, mon voyage avec vous s’arrête ici, mais à très bientôt pour de prochaines aventures au regard des régions, villes Italiennes.


De Francesco Alessio Zappalà ass 1986 gebuer an ass am Alter vu 6 Joer mat sengen Elteren op Lëtzebuerg geplënnert.

Hie krut souzesoen déi kulinaresch Séil scho mat an d’Wéi geluecht, säi Papp war selwer scho Kach.

Nodeems den Alessio seng Studien als Kach fäerdeg hat, huet hien an net manner wéi 20 verschiddene Restauranten aus der ganzer Welt geschafft.

Mat dëser Experienz huet hien bei sëlleche Competitioune matgemat wou hien och Präisser gewanne konnt.

Den Alessio huet sech als Zil gesat fir déi richteg Italienesch Kichen méi populär ze maachen.

Hie schafft am Moment als Chef bei der italienescher Ambassade.