Deemnächst soll eng weider interministeriell Versammlung sinn zesumme mat der Anil, fir Virschléi auszeschaffen a konkret Projeten ëmzesetzen.

De Premier Xavier Bettel war e Freideg mat Vertrieder vun der Anil zesummen, der Associatioun vun den Infirmièren an Infirmieren zu Lëtzebuerg.

An deene ganz konstruktiven Diskussiounen, wéi et an engem Schreiwes aus dem Staatsministère heescht, wier et ëm eng Rei Sujete gaangen, notamment ëm d'Penurie beim Personal an eng besser Valorisatioun vun der Formatioun.

Wat den éischte Punkt betrëfft gouf festgehalen, datt dringend op zwou Achse muss geschafft ginn. Op där enger Säit eng misst eng attraktiv Formatioun ugebuede ginn, déi der Komplexitéit vum Beruff Rechnung dréit an op där anerer Säit misst d'Bild vum Beruff an der Ëffentlechkeet revaloriséiert ginn.

Da gouf driwwer diskutéiert, datt de Schoulmodell muss ugepasst oder reforméiert ginn. Eventuell soll och eng Informatiounscampagne oder eng Etüd iwwert d'Aarbechtskonditioune vun der Infirmière gemaach ginn.

Deemnächst soll eng weider interministeriell Versammlung sinn zesumme mat der Anil, fir Virschléi auszeschaffen a konkret Projeten ëmzesetzen.

Hei den offizielle Communiqué

Entrevue du Premier ministre avec les représentants de l’Association des Infirmières et Infirmiers du Luxembourg (ANIL) (27.11.2020)
Communiqué par: ministère d'État


En date du 27 novembre 2020, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, s’est entretenu avec les représentants de l’Association des Infirmières et Infirmiers du Luxembourg (ANIL). L’objectif principal était de s’échanger sur le futur du métier de l’infirmier(e). Le Premier ministre a également saisi l’occasion d’exprimer à nouveau son respect et ses remerciements pour les énormes efforts fournis par le personnel de soin et les infirmier(e)s depuis le début de la crise.

Les discussions ont été constructives et se sont penchées sur une série de sujets, dont notamment la question de la pénurie de personnel de soin au Luxembourg et une meilleure valorisation de la formation menant au métier d’infirmier(e).

Au vu de la pénurie de personnel de soin, mise à nouveau en exergue lors de la crise actuelle, il a été retenu qu’il est urgent de travailler sur deux axes : l’offre d’une formation au métier attractive et en phase avec la complexité croissante du métier, ainsi que la valorisation du métier et de son image auprès du grand public. Le besoin d’adapter ou de réformer le modèle d’études, ainsi que des suggestions concrètes visant par exemple une campagne d’information ou une étude approfondie sur les conditions de travail de l’infirmier(e) ont été évoqués et discutés.

Le Premier Ministre a été à l’écoute des réflexions de l’association et s’est engagé à fixer dans les meilleurs délais un rendez-vous pour une réunion de travail interministérielle avec l’ANIL afin d’élaborer des propositions et projets concrets à mettre en œuvre.

Lors de cette entrevue, le Premier ministre a réitéré qu’au cours de cette crise, « nous avons encore une fois été témoin de l'importance des infirmières et infirmiers pour le bon fonctionnement de notre système de santé. Maintenant, il est important de maintenir, voire étendre, cette vision revalorisée de votre profession. Le gouvernement soutient l’ANIL entièrement dans ses efforts à cet égard », avant d’ajouter : « Il importe également de former plus d'infirmier(e)s dans ce pays, et que la formation réponde exactement aux besoins et défis de votre profession. Notre objectif commun est de préparer votre métier pour l'avenir et ainsi soutenir et renforcer l'ensemble du système de santé sur le long terme. Je suis convaincu qu’ensemble, nous y parviendrons ! »