Et handelt sech ëm en Ënneroffizéier an ëm e fräiwëllegen Zaldot. Si waren 3 Méint "sur place" am Kader vun enger Nato-Missioun.

Rezent gouf jo annoncéiert, datt dës Missioun op en Enn geet. Bal 20 Joer war d'Nato elo am Afghanistan present. Zënter 2003 huet d'Lëtzebuerger Arméi sech am Land engagéiert. Et goufen 49 Rotatioune mat am Ganzen 333 Persounen. Et gouf aus Lëtzebuerger Siicht keng Doudesaffer.

Offiziellt Schreiwes

Le personnel de l'armée luxembourgeoise de retour de la mission «Resolute Support» de l'OTAN en Afghanistan (19.05.2021)
Communiqué par: Direction de la défense / état-major de l'armée

En date du 19 mai 2021, un sous-officier et un soldat volontaire de l'armée luxembourgeoise sont rentrés au Grand-Duché de Luxembourg après avoir passé 3 mois au sein de la mission «Resolute Support» (RSM) de l'OTAN en Afghanistan. Le retour s'est effectué via l'Allemagne, depuis le camp Marmal à Mazar-e-Sharif, qui est sous la responsabilité de la nation-cadre allemande.

En effet, les Alliés ont décidé d'entamer le retrait des forces déployées dans le cadre de la mission «Resolute Support», qui avait été mise en place en janvier 2015 pour dispenser formation, conseils et assistance aux forces et aux institutions de sécurité afghanes. Le retrait de la RSM a commencé le 1er mai 2021 et devrait être achevé dans quelques mois. La RSM a été lancée après la fin de la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), en décembre 2014, lorsque la responsabilité de la sécurité en Afghanistan a été transférée aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes.

Ce retrait clôture une présence de presque 20 années de l'OTAN en Afghanistan. Le but de la mission en Afghanistan était d'assurer que le pays ne devienne un lieu de refuge pour terroristes, qui pourraient alors attaquer nos pays. L'Afghanistan est différent de ce qu'il était en 2001. Le pays a évolué avec le soutien de l'OTAN et de la communauté internationale, avec un coût significatif en sacrifice humain et financier.

Aujourd'hui, l'espérance de vie est plus grande, la mortalité infantile a diminuée et plus d'enfants vont à l'école, également des filles. Plus de femmes sont actives dans la vie publique que dans les dernières décennies. Il y a une meilleure infrastructure et les forces afghanes, formées par la mission RSM, sont plus professionnelles et capables que jamais. Toutefois, il n'a pas été possible jusqu'à présent de garantir la paix et d'arrêter les attaques des talibans en Afghanistan.

Le bilan politique dépendra du succès du processus de paix inter-afghan, qui se déroule actuellement, avec l'appui de la communauté internationale. Ensemble avec ses partenaires de l'OTAN et de l'UE, le Luxembourg continuera à s'impliquer en Afghanistan, pour que les fragiles acquis des 20 dernières années restent valables.

Depuis 2003, l'armée luxembourgeoise a effectué 49 rotations avec 333 personnes en Afghanistan au sein des missions FIAS et RSM, sans subir aucune perte humaine.