D'Radaren um Salzhaff gi schaarf gestallt. Vun e Donneschdeg 1. Dezember u blëtzen d'Rout-Luucht-Radaren zu Hollerech.

Dat deelt de Mobilitéitsministere mat. Bei Verstéiss kann et deier ginn.
Et stinn Apparater op der Kräizung Escher Strooss/Boulevard Charles Marx, um Boulevard Marx selwer, an op der Penetrante a Richtung Autobunn op der Héicht vum Lycée.

D'Radare kontrolléiere souwuel d'Respektéiere vun der Rouder Luucht, wéi och d'Vitesse vu 50km/h. Et wäerte minimal Toleranze ginn. Wéi bei allen anere Radare ginn d'Fotoen no enger gewësser Zäit geläscht.

Et wier eng besonnesch geféierlech Plaz, seet den zoustännege grénge Minister François Bausch. An der Testphas, déi den 1. Juni ugefaangen huet, wieren am September an Oktober ronn 580 Gefierer duerch rout gefuer. Méi wéi 50.000 Verstéiss géint d'Vitesse gouf et do an de genannte Méint.

RTL

De Mobilitéitsminister liwwert dem DP-Deputéierten André Bauler an enger parlamentarescher Äntwert dann och nach Detailer zum vandaliséierte Radar op der N7 bei der Lëpschter-Dellt. De Remplacement vum Apparat, dee Mëtt August futti gemaach gi war, huet 130.000 Euro kascht.

De mobile Radar, deen duerno op där Plaz installéiert gi war, huet tëscht dem 17. August an dem 27. Oktober 7.445 Mol geblëtzt. Déi héchste gemoosse Vitesse war op där Platz 183 km/h, heescht et weider an der Äntwert op d'parlamentaresch Fro.

D'Schreiwes

Radars feu rouge à Hollerich: début de la phase répressive à partir du jeudi 1er décembre 2022
Communiqué par : ministère de la Mobilité et des Travaux publics / Administration des ponts et chaussées / police grand-ducale

Dans le cadre du Plan national sécurité routière, les radars feu rouge installés à Hollerich (au croisement route d'Esch/boulevard Dr Charles Marx, au boulevard Dr Charles Marx et au croisement de la pénétrante en direction de l'A4 avec le boulevard Pierre Dupong à la hauteur du Lycée Aline Mayrisch) entreront dans leur phase répressive à partir du jeudi 1er décembre 2022.

Il s'agit d'un endroit particulièrement dangereux où il arrive souvent que ni la vitesse maximale autorisée, ni les feux rouges ne soient respectés. Ainsi, durant la phase test entrée en service en juin 2022, 316 non-respects d'un feu rouge ont été constatés lors du mois de septembre (265 au mois d'octobre) ainsi que 28.900 dépassements de la vitesse maximale autorisée (24.500 en octobre), ce qui, équivaut au total, à plus de 800 infractions par jour.

En tenant compte de ces derniers chiffres, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch, rappelle l'importance de ces radars afin de prévenir des comportements dangereux.

Flashant par derrière, les radars feu rouge permettent de contrôler simultanément l'excès de vitesse (la vitesse maximale autorisée est limitée à 50 km/h aux endroits précités) et le fait de brûler un feu rouge. En cas d'infraction liée à une vitesse excessive, le véhicule est flashé, indépendamment de la couleur du signal coloré des feux à ce moment-là. Une tolérance de 3km/h (au-dessous de 100 km/h) et de 3% (au-delà de 100 km/h) est déduite de la valeur mesurée. Au cas où un véhicule dépasse légèrement la bande d'arrêt pour laisser passer les secours, seule une photo est prise et aucune infraction n'est générée.

Rappelons que comme pour les autres radars, les photos seront effacées au plus tard deux semaines après l'acquittement de l'avertissement taxé, selon l'article 4 du règlement grand-ducal du 7 août 2015. Les photos enregistrées non exploitables sont effacées au plus tard deux mois après leur enregistrement. En cas de procédure pénale, le délai d'effacement des photos court à compter du jour où le dossier a été définitivement classé sans suite, où la décision judiciaire n'est plus susceptible d'aucun recours ou où l'action publique est prescrite.