Ee Workshop, wou een och Leit aus Start-Ups konnt kenne léieren, war am Kader vun der Campagne "Lëtz go equal in digital" organiséiert ginn.

De Secteur vum Numérique ass um Wuessen. Ma nach sinn dës Beruffer awer éischter männlech besat. Dowéinst setzt de Chancëgläichheetsministère de Fraestreik ënnert de Motto "Lëtz go equal in digital". An do gëllt et virun allem déi jonk Generatioun an déi jonk Meedercher fir dëse Beräich ze motivéieren. Wat kéint do besser hëllefen, wéi d'Geschichte vun Fraen, déi de Wee an d'Tech-Branche scho gelaf sinn?

Lëtz go equal in digitial / Reportage Monica Camposeo

D'Morgane Lainard war eng vun de Fraen, déi a Workshoppen de Schüler a Schülerinnen aus dem Lycée Belval vun hirer Aarbecht erzielt huet. Si ass Game-Designerin an engem Studio fir Videospiller a Frankräich. Ma och si wier op hirem Wee vill mat Stereotyppen konfrontéiert ginn.

"An menger ganzer Schoulzäit hunn ech géint Zweiwele misse kämpfen, déi mir ëmmer rëm entgéintbruecht goufe vu menge Proffen. Net nëmmen, well d'Gaming-Branche fir si näischt Seriöes war, mä och, well ech dann an engem Secteur wier, deen haaptsächlech männlech dominéiert ass."

Et sinn esou Geschichten, déi d'Schülerinnen an d'Schüler beandrockt a virun allem iwwerrascht hunn:

Och d'Jongen hunn net geduecht, dass dat nach ëmmer esou wier. Ma och, dass vill Meedercher Videospiller spillen, awer nëmme wéineg Meedercher programméiere war fir si nei. Déi verschidde Geschichten hunn déi Jonk inspiréiert.

No de Workshoppen hunn déi Jonk aus dem Lycée Belval, mä och Klassen aus anere Schoulen un enger Konferenz deelgeholl. Hei goufe Start-Ups virgestallt, déi vu Frae gegrënnt goufen. Fir vill Schülerinne war d'Presentatiounen motivéierend. Si hunn gemierkt, dass vill Leidenschaft dobäi war an déi jonk Frae vill gekämpft hunn, fir hir Ziler ze erreechen. Ma dat wier och motivéierend, fir selwer eppes op d'Been ze stellen.

D'Initiativ gouf vum Ministère fir Gläichstellung tëschent Fraen a Männer lancéiert. Et géing net dorëms goen, d'Jongen an d'Meedercher gläich ze maachen, mä einfach dorëm, jidderengem déi nämmlecht Chancen z'erméiglechen, betount d'Ministesch Taina Bofferding:

Dat freet mech, dass déi jonk Leit dat interessant fonnt hunn, well dorëms ass et jo och gaangen, dass si eng Inspiratioun fannen. An mir hoffen, dass virun allem jonk Meedercher sech ugesprach fillen a mierken, dass d'Tech-Branche vill Chancen fir si bitt.

Den Austausch mat de jonke Cheffinnen an de Fraen aus der Tech-Branche huet déi Jonk op jidder Fall erreecht. An fir d'Chancëgläichheet kënnen z'erreechen, ass et wichteg, Virbiller ze hunn.

De Communiqué vum Ministère

«Lëtz go equal in digital» - Taina Bofferding discute avec des élèves et des responsables de startups
Communiqué par: ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes Le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes (MEGA) a placé cette année la Journée internationale des droits des femmes sous le thème «Lëtz go equal in digital». Le 5 mars, des ateliers de sensibilisation et une conférence ont rassemblé des élèves et des représentant-e-s d'entreprises.

Le domaine du numérique, un secteur professionnel en plein développement, soulève des questions d'égalité entre femmes et hommes. Les femmes et hommes doivent avoir un accès égalitaire aux nouvelles technologies. Il s'avère également que les femmes actives dans le numérique sont peu nombreuses. Les conséquences sont alors économiques et sociétales. Les entreprises ont besoin de recruter des talents qualifiés en nombre suffisant et le domaine du numérique doit créer des opportunités pour chaque sexe.

La ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, a expliqué que l'encouragement des filles et des femmes dans le numérique permet de thématiser l'aspect multidimensionnel de l'égalité: «Le sujet du numérique est lié aux politiques de l'emploi, de l'éducation et de l'enseignement supérieur et rejoint les objectifs formulés pour surmonter les stéréotypes. Il s'agit de déconstruire les clichés, préjugés et stéréotypes qui sont un frein dans les choix académiques et professionnels.»

Tout au long de la journée, des élèves du lycée Belval ont découvert les activités et le quotidien de représentant-e-s du monde académique et d'entreprises. Un panel de discussion a rassemblé les responsables des startups Checkmath, Food4all, Mattrvest, Sumy et WEO pour discuter des opportunités dans le secteur.

La ministre Taina Bofferding a souligné: «Malgré une légère progression par rapport à l'année 2010, je constate qu'en 2018 seulement 14,5% des emplois dans les professions dans le numérique sont occupés par des femmes. Les postes de directrices et de cadres de direction affichent un taux de 9,8%. Ces taux sont légèrement meilleurs pour les techniciennes dans le domaine des technologies de l'information et des communications respectivement dans le domaine des télécommunications où les taux oscillent autour de 18 à 21%. Au vu de ces chiffres, je constate que nous sommes encore loin d'une égalité entre les sexes dans ce secteur.»

Ainsi, si le secteur digital présente un énorme potentiel pour l'emploi et l'économie, il s'agit d'éviter que les opportunités professionnelles ne reviennent uniquement au sexe masculin.

«ll nous faut analyser, discuter et changer les facteurs qui mènent à un décalage. Les stéréotypes liés au sexe, surtout en rapport avec les choix académique et professionnel, en sont certainement une raison», poursuit ainsi Taina Bofferding. «Si nous continuons à fragmenter les professions dans des catégories 'féminines' et 'masculines', les jeunes risquent d'être influencés par ces stéréotypes et ne pas faire de leurs véritables passions et vocations leur métier.»

Taina Bofferding a remercié les responsables de WIDE, du Lycée Belval et des startups et entreprises pour leur engagement tout au long de l'événement et a conclu que la «journée a apporté la preuve que les filles et les femmes réussissent dans le secteur du digital et développent la même créativité que les hommes.».